• Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités

DIAGNOSTIC

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      DIAGNOSTIC DE SANTE D’UNE         POPULATION ET PLANIFICATIONDES                  ACTIONS DE SANTE

 

 

 

 

 

 

 

 

      

 

 

 

 

 

 

                                                                     

Objectifs d’enseignements

 

 

    OBJECTIFS THEORIQUES :

 

-  DEFINIR LES CONCEPTS DE SANTE

-  DEFINIR LES CONCEPTS DE     PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE

- DEFINIR LA DEMARCHE DE PLANIFICATION EN SANTE PUBLIQUE

- IDENTIFIER LE CONTENU ET LA DEMARCHE D’UN DIAGNOSTIC DE SANTE D’UNE POPULATION

- D ISCUTER DE L’INTERET D’UNE DEMACHE PARTICIPATIVE DANS LE PROCESSUS DE PLANIFICATION DES PROGRAMMES SANITAIRES

 

     OBJECTIFS PRATIQUES

 

- IDENTIFIER ET APPLIQUER LES ETAPES DE PLANIFICATION D’UN PROGRAMME DE SANTE

- ETABLIR LE DIAGNOSTIC COMMUNAUTAIRE

 

CONTENU DE COURS

 

 - 1 CONCEPTS FONDAMENTAUX

- DEFINITION DE LA SANTE

- DEF DE LA SANTE PUBLIQUE

- PRINCIPAUX DETERMINANTS DE LA SANTE

- LES SOINS DE SANTE PRIMAIRES

- APPROCHE DE SANTE COMMUNAUTAIRE DANS LE CONTEXTE SSB

 

  - 2 PROCESSUS DE PLANIFICATION

PLANIFICATION SANITAIRES EN  TANT QUE CONCEPT ET PROCESSUS

ETAPES PRATIQUES DE MISE EN OUEVRE D’UN PROGRAMME DE SANTE

 

 - 3 DIAGNOSTIC COMMUNAUTAIRE

  • CLASSIFICATION DES CONCEPTS « COMMUNAUTE » DANS SSB
  • INTERET DEMACHE PARTICIPATIF
  • ETAPES Dg PARTICIPATIF

 

 - 4 PARICIPATION COMMUNAUTAIRE

  • CONCEPTS DECLARATION ALMA ATA
  • LIMITES PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE
  • EXPERIENCE DE LA PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE DANS LES PROGRAMMES DE SANTE

 

  - 5 PARTENARIAT COMME DYNAMIQUE SANTE EN COMMUNAUTAIRE

  • DÉFINITION PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE
  • METHODES ET ENJEUX DU PARTENARIAT
  • LIMITES DU PARTENARIAT DANS LE CONTEXTE MAROCAIN
  • QUELEQUES EXPERIENCES AU MAROC

 

 

 

 

Introduction

 

   La vision du secteur de la santé à l’horizon de 2020 s’inscrit dans le processus global de la reforme du système de santé.

  Cette vision a été développée autour de stratégies visant à améliorer les performances du système de santé pour répondre aux besoins de la population afin que :

           - Tous les citoyens aient accès à des soins de santé au moment opportun selon leurs besoins

            - Les services de santé offerts soient de qualité sécurisés, efficaces et accès sur le patient

  Cette vision s’inscrit dans le cadre des engagements internationaux du royaume  et qui vise les valeurs suivantes

     Équité  - Solidarité  -Participation et responsabilisation

 

Les soins de santé sont devenus coûteux en raison de la forte demande et des coûts des technologies utilisées .Cette situation exige de la part des pouvoirs publics,des prestataires et du citoyen un engagement solidaire et responsable pour que :

 Le système de santé par son organisation et la mise à la disposition des services réponde à une demande exprimée en soins et à la protection de la santé (promotion, protection et restauration

 Le prestataire par l’utilisation adéquate de moyen de diagnostic et de traitement efficace s’engage à maîtriser le coût.

 Le citoyen soit individuellement conscient des comportements à risque et de sa participation à l’utilisation rationnelle des services de santé.

 La collectivité et la société civile à travers ses organisations concourent à la préservation et au maintien des conditions de vie saine par l’identification des problèmes et des besoins et par une collaboration à l’amélioration du système.

 

Pourquoi Diagnostic de la communauté

 

  • POUR :

    - comprendre l’histoire de la communauté

    - déterminer l’ampleur des besoins et des problèmes

    - établir des priorités

    - Fixer des objectifs

    - Planifier à partir des bases réelles des actions appropriées

    - Évaluer à partir des données et des indicateurs

 

   Le diagnostic de la communauté constitue la 1ère étape de l’élaboration d’un    programme de santé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

        I- Définitions et concepts.

 

   1.La santé.

 

 O.M.S. (1946):

« État complet de bien-être physique, mental et social et pas seulement l'absence de maladie et d'infirmité... correspondant aussi au développement optimal des capacités et aspirations d'un individu ou d'un groupe ».

 

U.N.I.C.E.F. (1984):

« La santé n'est pas l'absence de maladie, c'est un sentiment plus profond que le bien-être qui ne dépend pas seulement des services de santé, mais du travail, du revenu, de l'éducation, de la culture des droits et des libertés ».

   La santé ne se résume pas à l'absence de maladie, elle concerne aussi bien les maladies que les dimensions sociales, psychologiques et religieuses.

 

   La santé est donc une notion qui varie selon plusieurs facteurs :

   - le secteur : biologique, social et psychologique,

   - le moment,

   - la perspective : façon dont l'individu se perçoit,

   - l'environnement.

 

L’histoire de la maladie

  Un homme sain est un homme qui vit en parfait équilibre avec les agents     pathogènes dans un milieu donné, cet équilibre exige:

  - La satisfaction des besoins fondamentaux

  - L’adaptation continue de l’homme dans son environnement

 Plusieurs mesures indispensables et complémentaires sont à entreprendre :

  • Prévention primaire : Des mesures préventives et de promotion de la santé pour éviter que l’homme ne devient pas malade et pour élever son niveau de santé
  •  La prévention secondaire : L’association des mesures préventives et curatives lorsque l’homme est apparemment sain, mais porteur d’agents  infectieux pathogènes ou lorsqu’il est malade
  •  La prévention tertiaire : Des mesures de réhabilitation qui visent à réduire au maximum les incapacités et les séquelles.

 

 Facteurs qui influencent la santé de l’homme

 

  • Facteurs biologiques et sanitaires : État de connaissance médicales, nutritionnelles et possibilités d’application
  • Facteurs politiques : Législation sanitaire, politique gouvernementale, planification, collaboration intersectorielle.
  • Facteurs géographiques : Climat, richesse naturelles, communications.
  • Facteurs démographiques : Population par milieu, migration, exode rural
  • Facteurs psycho-culturelles: Éducation, scolarisation, analphabétisme, croyances, traditions
  • Facteurs socio-économiques: Revenu de la famille, l’emploi, le travail, les loisirs

 

   «  TOUT CES FACTEURS « AGISSENT » A LA PROMOTION, PROTECTION, ET RECUPERATION DE LA SANTE. »

 

  2. La santé publique.

Définition.

     Les hommes et les maladies dont ils souffrent ne peuvent être isolés d'un contexte géographique, historique, social, culturel et politique. La santé publique introduit les dimensions d'organisation administrative, politique et économique. La santé publique introduit les dimensions d’organisation administrative,politique et économique.

   Elle évoque l'organisation de la santé tant individuelle que collective pour une collectivité, une population.

      

  • Selon L’O.M.S. :
  • « La santé publique est la science de l'art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et d'améliorer la santé et la vitalité mentale et physique des individus, par le moyen d'une action collective concertée visant à assainir le milieu, lutter contre les maladies, enseigner les règles d'hygiène personnelle, organiser des services médicaux et infirmiers en vue d'un diagnostic précoce et du traitement préventif des maladies, mettre en oeuvre des mesures sociales propres à assurer à chaque membre de la collectivité un niveau de vie compatible avec le maintien de la santé ».
  • C'est une approche collective et administrative de problèmes de santé d'une population, sous ses aspects politiques, économiques, réglementaires et institutionnels.

 

  • La priorité de la santé publique est donc la protection de la santé de la collectivité. Faire de la santé publique, c'est laisser le rôle de décision et d'action aux professionnels de santé ; c'est discerner les besoins et les problèmes à partir de ce que vivent les gens, dans un environnement donné ; c'est penser les problèmes en termes d'effets et d'influences, d'interrelations dans la vie de la cité, en considérant les hommes qui y vivent, comme acteurs et partenaires à part entière de la santé.

 

HITORIQUE SANTE PUBLIQUE AU MAROC:

 

  • Avant protectorat

   - Existence de médecins étrangers (VIeme siècle)

   - Traitement des  malades mentaux par la torture (VIIeme siècle à Fès

   -  Ier hôpital a rabat chellah (XIIeme siècle)

   - Existences des « baiquas » a Marrakech

 

  • Pendant le protectorat

   - Implantation des unîtes de soins pour protéger seulement les colons

   - La constructions des postes sanitaires aux frontières pour limiter les épidémies;ce qui a donné naissance aux BMH (1919-1925)

   - Construction du Ier hôpital a casa et à Rabat (1925)

   - Création d’une section de la prophylaxie (15 mai 1926)

   - Création de la prophylaxie régionale (1940)

 

  • Après l’indépendance

   -Ier décret relatif a l’organisation du MSP (août 56)

   - 1959 Iere conférence sur la santé

     

1ère période 1959-1980: Mise en place et développement du SNS (1ére conférence nationale sur la santé 1959)

 2ème période 1981- 1993 : développement de l’offre et des programmes sanitaires

( déclaration d’Alma Ata en 1978);

 3ème période 1994- jusqu’à nos jours: Quête du changement et début des réformes

 

  • Objectifs de la santé publique.

     Toujours en référence à l'O.M.S. les objectifs de la santé publique se déclinent de la       façon suivante :

  • assurer l'égalité dans la santé en réduisant les disparités sanitaires entre pays ou entre catégories socioprofessionnelles,
  • ajouter de la vie aux années en donnant aux individus les moyens d'une plénitude
    physique et psychique optimale,
  • ajouter de la santé à la vie en diminuant la morbidité et l'incapacité,
  • ajouter des années à la vie en luttant contre la mort prématurée.

 

          Applications et domaines de la santé publique

 

              Parmi les domaines de la santé publiques on cite :

  • L’hygiène de l’environnement : Assainissement, approvisionnement en eau potable, lutte contre la pollution
  • L’organisation des soins  :Planification des structures de santé;personnel;Équipements …
  • Surveillance de l’état de santé de la population :
  • Prophylaxie et la prévention des grands épidémies dès qu’une épidémie émerge ,la santé est mise a contribution : modalités a mettre en œuvre système de surveillance
  • Le dépistage et la prise en charge des pathologies les plus fréquentes
  • Prise en charge de la santé des collectivités

 

3- La santé communautaire:

 

La conférence d’Alma Ata (URSS 1977) sur les SSP définit la communauté :

« Un groupe d’individus qui vivent ensembles dans les conditions spécifiques d’organisation et de cohésion sociale; ses membres sont liés à des degrés variables par des intérêts et des aspirations communes,y compris en matière de santé »

En d’autres termes, une communauté est une entité géographique,politique et sociale,fluide et dynamique,composée d’individus aux caractéristiques divers,de nombreux groupes d’intérêt avec un éventail de préoccupations.

 

  Selon le rapport de la table ronde de Marrakech organisé par le MS le15et16 décembre 1995:

« Une communauté est un groupe de gens qui ont le sentiment d’appartenir à la même          entité, qui ont une perception commune des priorités et besoins collectifs et peuvent assumer la responsabilité collective des décisions prises ».

 

    Communauté et Collectivité :

 

Ce qui distingue une communauté d’une collectivité

 ( ou qui transforme une collectivité en communauté ):

    est l’attachement non forcé des individus les uns des autres qui leurs fait partager des valeurs communes et organiser des actions.

En pratique,et en ce qui concerne les problèmes de santé,on définit souvent une communauté sur une base géographique (quartier,douar fraction,immeuble …)

 

 

Concepts de la santé communautaire

 

    La santé communautaire désigne la santé et les actions qui en découlent au niveau de la communauté. Elle implique :

         - Les personnes vivant dans ces communautés

         - Les élus locaux

         - Les professionnels de santé

  • La santé communautaire se distingue de la santé publique par :

        *   La SP gère administrativement la situation sanitaire d’une collectivité passive

        *  La SC exige l’implication et la participation de la communauté pour sa propre santé.

 

Actuellement le concept SC tend de plus en plus a remplacer celui de la SP et va plus loin en impliquant une participation effective de la communauté à l’amélioration de santé et bien être.

 

Donc on peut dire schématiquement qu’il y a SC quand les membres d’une collectivité géographique ou sociale réfléchissant en commun sur le problème de santé, exprime des besoins prioritaires et participe activement à la mise en place des activités et des services intégrées les plus aptes à répondre à ses besoins.

 

Soins de santé primaires ou SSB

 

Définition rédigée à Alma Ata URSS 1978.

3 Les soins de santé primaires sont des soins essentiels (curatif,préventifs et promotionnels) reposent sur des méthodes,des techniques et des pratiques scientifiquement valables,rendu universellement accessibles à tous les individus et à toutes les familles  avec leur pleine participation et à un coût que la communauté et le pays peuvent supporter à tous les stades de leur développement dans un esprit d’auto-résponsabilitè et d’auto-détermination (…).

 Ils représentent le premier niveau de contact des individus et de la communauté avec le système .

 

 La déclaration d’Alma Ata

    - Le besoins vital d’une plus grande justice sociale afin d’améliorer la santé a pour la Ière fois été mis en plein lumière (Genève Mai 1977). C’est là ou il a été décidé que le principal objectif social des gouvernements et de l’OMS au cours des décennies suivantes devrait être d’amener tous  les peuples monde d’ici l’an 2000 à un niveau de santé qui leur permettra de mener une vie socialement et économiquement productive « Santé pour tous en l’an 2000 »

    - L’année suivante l’OMS et l’UNICEF ont pris l’initiative conjointe de réunir à Alma Ata une conférence internationale sur les SSP à laquelle ont participé 134 pays

 

Les quatre piliers :

 L’OMS a définit quatre piliers sur les quelles doit s’appuyer toute action menée en faveur de la santé:

 

  1. L’engagement des hommes politiques et de la société et leur détermination à faire du progrès vers la santé pour tous l’objectif social primordial des prochaines décennies
  2. La participation communautaire, càd l’intervention active de la population et la mobilisation des forces de la société en vue du développement sanitaire.
  3. La coopération du secteur de la santé avec tous les autres secteurs clés engagés dans le développement national,en particulier ceux de l’agriculture,de l’enseignement,des communications,de l’industrie,de l’énergie,des transports,des travaux publics et du logement .
  4. Un soutien au niveau des systèmes de façon que les soins de santé essentiels et les techniques scientifiques valables et d’un coût supportable soient rendus accessibles a tous sans exclusion.

 

 

    Les 4 Objectifs des SSP:

 

  1.  Permettre à tous de parvenir à un meilleur état de santé,que ce soit au domicile à l »école,aux champs ou dans les usines
  2. Faire en sorte que les particuliers puissent prévenir la maladie et éviter les traumatismes au lieu de s’en remettre au médecin une fois le mal est accompli
  3. Mettre la population à même d’exercer ses droits et responsabilité s’agissant de façonner l’environnement et de réunir des conditions qui rendent possible et plus facile l’adoption d’un mode de vie propice à la santé
  4. Permettre à tous de contrôler la gestion des systèmes de santé et systèmes annexes,ou même d’y participer et faire en sorte que tous bénéficient des éléments de bases indispensables a la santé et a l’accès au soins de santé

 

     Place des SSP dans le système de santé au Maroc

 

  • Adhésion du Maroc à la déclaration d’Alma Ata

Par :

  1. Création d’une équipe au niveau central chargée SSB
  2. Nomination des équipes au des zones pilotes : Agadir et Settat
  3. Réalisation des séminaires pour former le personnel impliqué dans l’expérience :à Rabat et Agadir
  4. Expérience limitée : Accoucheuses traditionnelles et Agent communautaires dans le cadre du PDSS
  5. Projet « cité santé »initié par la direction d’épidémiologie et lutte contre les maladies avec le soutien de l’OMS: Agadir, Méknes, Kenitra et Settat
  6. Projet « Un douar un puit »développé par L’association MA de soutien à l’UNICEF
  7. Expérience de services de base intégré (cas prov. El Haouz
  8. Mobilisation sociale lors des JNV

 

  •   Composantes des soins de santé primaire

 

  •  I.E.C. concernant les problèmes de santé existants et les méthodes pour les prévenir.
  • Promotion de bonnes conditions alimentaires et nutritionnelles.
  • Approvisionnement adéquat en eau potable et des mesures d’assainissement de base.
  • Santé maternelle et infantile y compris la planification familiale.
  • Immunisation contre les maladies infectieuses qui constituent un problème de santé.
  • Prévention et lutte contre les maladies endémiques.
  • Traitement approprié des maladies et traumatisme courant.
  • Santé mentale.
  • Fourniture de médicaments essentiels.
  • Couverture par le système d’orientation/Recours.

  

  Notion de recours aux soins

Face à la souffrance ou la maladie,tout patient cherche un soulagement selon son propre jugement et décide en fonction de sa « demande » de soins,càd selon sa perception individuelle de la souffrance et selon l’explication du mal à laquelle il croira.              Le choix du patient sera fait en fonction d’autres facteurs :le coût des soins la qualité de l’accueil,la proximité de l’offre de soins,les horaires d’ouverture,de l’accessibilité culturelle,du langage ..etc.

 

        Il y a 3 types de besoins:

  1. Besoin LATENT : qui n’est pas perçu par la population et les professionnels de la santé.
  2. Besoin RESSENTI : Perçu soit par la population soit les professionnels
  3. Besoin EXPRIME :  Besoin transformé en demande.

    Exemple la mise en place et la réalisation d’une activité

 

       Il est donc important que les professionnels de santé et en particulier ceux du 1ère

ligne comprenne bien  la complexité de qui ce anime le malade dans sa quête de

soulagement et en admettant cette perception légitime du malade à la recherche des

 solutions de son problème de santé, et prendre en considération cette modification

 dans toute intervention sanitaire .

 

     La figure suivante illustre les possibilités de recours aux soins .

 

Figure : Recours au soins.

 

 

Structures modernes

Structure de Santé

 

 

Malade

 

↓                     ↓

Structures                                            Ensembles

Traditionnelles                                           Populaires

 

 

 

 

 

 

Politique de santé

 

  Etymologiquement .Politique  ou police (mot Grec) qui signifie Cité (politique c’est tout ce qui concerne la cité)

- Politique désigne des objectifs à atteindre et des principes à respecter pour les atteindre

- Politique de Santé : des principes et une stratégie pour réaliser l’objectif de santé

- En d’autre termes,une politique de santé et l’organisation des ressources disponibles au sein d’un pays ou d’une structure administrative a tous les niveaux qui se fixe pour but d’améliorer la santé de la population.

- La mise en place de politiques de santé repose sur la Planification des programmes et leur négociation avec les différents acteurs de la vie politique en présence.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Planification sanitaire

 

 

                a/  DEFINITIONS

 

   SELON LAROUSSE.

–        PLANIFIER: organiser et diriger selon un plan déterminé

–        LA PLANIFICATION : c’est une science qui a pour objectif l’établissement d’un programme  donné.

   La planification c’est une réflexion avant l’action

 

  •      b/ OBJECTIFS DE LA PLANIFICATION

     

  • Pour s’assurer que le futur est pris en considération  (comprendre les conséquences futures d’une décision présente)
  • Pour être rationnel et utilisation optimale des ressources
  • Pour développer la transparence (contrôler l’incertitude liée à tout processus décisionnel)
  • Cordonner les activités (consolider  une vision  commune  dans une organisation)
  • Mise en oeuvre d’une politique
  • Tester la faisabilité d’une politique
  • Avoir un progrès harmonieux de l’action
  • Agir d’une façon synchronisée.

   

 

  •  C/ QUI DOIT PLANIFIER
  • Les Pouvoirs politiques (les décideurs)
  • Les professionnels de santé
  • Les consommateurs, les associations et les groupes de pression
  • Tous ceux  qui contribuent à la mise en œuvre à tous les niveaux

 

  /LES PRINCIPES DE BASE DE LA PLANIFICATIONS SANITAIRES .

 

  • 1- Engagement  de l’Etat (Gouvernement et collectivités)

    L’État doit intervenir dans les actions de la planification de point de vue technique et financière. Mains il faut faire participer la collectivité à toute action sanitaire  depuis la conception jusqu'à la prise de décision et la mise en œuvre des activités (participation effective).

      L’engagement de l’État n’implique pas le ministère de la santé seule

 

  • 2- Intégration de la planification sanitaire dans le plan général du développement

      Il s’agit de trouver un équilibre entre les besoins en matière de santé et les autres besoins et donc de faire un choix entres les priorités car les ressources sont limitées .exple soigner un paludéen c’est améliorer la productivité dans un secteur agricole et mettre un projet d’irrigation contribue à la lutte contre la malnutrition.

  • 3- l’application de la recherche scientifique et technique

        Suivre le développement, les innovations et les découvertes scientifiques dans le domaine médical et sanitaire

    

  • 4-engagement de la population

      Tendance de la politique sanitaire a la participation communautaire 

 

 

 

Démarches en santé publique

 

Étapes de la planification de programmes en santé publique et communautaire.

 

  • ANALYSE DE LA SITUATION ET IDENTIFICATION DES PROBLEMES DE SANTÉ
  • DEFINITION DES PRIORITÉS
  • FORMULATION DU PROBLÈME AVEC DÉTERMINATION DÉ LA POPULATION CIBLÉ
  • FORMULATION DES OBJECTIFS ET DES ACTIVITÉS
  • IDENTIFICATION DES RESSOURCES
  • ÉTABLISSEMENT D'UN PLAN OPÉRATIONNEL
  • REALISATION DU PROGRAMME
  •   ÉVALUATION DU PROGRAMME

 

  

  1. 1.     Analyse et identification des problèmes de santé.

 

C'est la première étape avant toute planification. Elle tient compte  de  plusieurs facteurs

  Politiques, économiques, culturels, sociaux, attentes de la population.

 

L'analyse permet de préciser l'importance de la gravité du problème à considérer. Cette analyse nécessite la connaissance et l'utilisation d'indicateurs de santé ainsi que l'utilisation d'indicateurs d'activité économique.

          Une action, dans quel but ?

          Qui est l'instigateur ?

          Qui est le demandeur ?

          Quel est l'élément déclencheur ?

          Une action, pour qui ?

          Quel est l'environnement ?

          Quels sont les obstacles et les résistances ?

 

L'adéquation besoins/demandes/réponses constitue par excellence un thème de recherche et d'action publique et communautaire.

 

  •    2. Définition des priorités.
  • Une fois la situation à améliorer bien définie, il faut alors déterminer les priorités d'action. On peut alors utiliser un certain nombre de critères pour s'aider : la fréquence du problème, les populations les plus touchées, la gravité du problème, la sensibilité du problème face à une intervention, les ressources disponibles, la capacité à répondre à ce problème, l'importance accordée par la population à ce problème...

 

  •  3. Formulation du problème.
  • Pour pouvoir formuler de façon adaptée et cohérente le problème, il faut s'être documenté suffisamment, posséder des données qualitatives et quantitatives sur le problème en question et ne pas oublier que la formulation du problème est directement liée à la population ciblée.
  • De plus, la détermination de la population cible est indispensable car elle constitue le dénominateur pour les mesures d'évaluation.

 

  •     4. Formulation des objectifs et des activités.
  • La formulation de l'objectif prioritaire n'est qu'une partie du travail, en effet, il faut ensuite formuler les objectifs que l'on se propose d'atteindre.
  • Un objectif doit être pertinent, quantifiable et mesurable.
  • Un objectif doit toujours refléter la notion de délai (temporalité). De plus, un objectif doit toujours rester réaliste (sans cela, il risque de perdre son intérêt auprès de la population considérée).

 

  •   5. Identification des ressources.

 

  • Les ressources nécessaires, en terme de personnel, de matériel et de budget, seront déterminées en tenant compte des activités à mettre en œuvre et de la population cible.
  • On doit prendre alors plusieurs aspects en compte :

 

  • - aspects géophysiques (situation géographique, limites, superficie...),

- aspects socio-démographiques de la population (effectifs globaux, structures par âge et
par sexe, taux de natalité, taux de mortalité, nombre de mariages, mouvements de la
population...),

  • - aspects socio-économiques (ressources de la région,  importance de la population
    rurale et urbaine, distribution de l'emploi...),
  • - aspects de l'aménagement de l'espace (habitat, logement, système d'assainissement,
    moyens de transports et de communication, impact et influence de l'information, débit de
    boisson, maisons de jeunes et de la culture... ),
  • - aspects socioculturels (relations sociales,  liens de solidarité, organisation politique,
    sexe et groupe social, croyances, valeurs, traditions, culture, types de familles, valeurs
    morales, distribution des rôles, personnes « leaders » au sein de la communauté...),
  • - aspects traditionnels, religieux, étatiques et professionnels (nombre et répartition des
    établissements scolaires et autres structures de formation, effectif global des élèves par
    sexe, âge, niveau d'étude...),
  • - aspects sanitaires (définir la politique de santé et sa mise en application aux différents
    niveaux, découpage des circonscriptions d'actions sanitaires et sociales,, centres de Santé, dispensaires, énumération des professionnels de santé équipement sanitaire et  implantation,
    couverture sanitaire de la population, habitudes alimentaires,
    hygiène, consommation, reproduction, comportement face à la mort, à la maladie et à la
    médecine...).

 

  •    6. Établissement d'un plan opérationnel.

 

  • Ce plan doit décrire toute la procédure de mise en œuvre, du développement et du fonctionnement quotidien des activités. Il doit permettre à ses utilisateurs de pouvoir répondre aux questions suivantes :
  • - qui fait quoi ?
    - pourquoi ?
  • - quand ?
  • - dans quel ordre ?
  • - avec quelles ressources ?
  • Il faut donc se créer un « tableau de bord » permettant à tout moment du programme d'avoir les outils de surveillance nécessaires au bon déroulement de celui-ci.

 

 

  •    7. Réalisation du programme.

 

  • Il est plus prudent de vérifier sur un petit échantillon de la population choisie si le programme est opérationnel.
  • Si l'on propose des objectifs de réduction des problèmes de santé, il est impératif d'organiser les conditions qui permettront aux professionnels et aux structures de contribuer à la réalisation de  l'ensemble des objectifs que  l'on  peut proposer aux individus afin d'améliorer leur état de santé.

 

  • Il ne faut pas perdre de vue que la démarche de santé publique comporte quatre axes majeurs, à savoir :

1- structurer la politique de santé publique

2- se donner les moyens de la mettre en œuvre

3- faciliter   la   conception,   le   suivi   et   l'évaluation   des   programmes   de   santé   par
l'amélioration des systèmes d'information et d'aide à la décision

4- agir avec les individus, les milieux de vie et les professionnels qui sont à leur contact.

 

  8. Évaluation du programme.

 

  Évaluer, c'est mesurer l'écart entre l'objectif initialement fixé et le résultat obtenu.

  • Pour évaluer le programme, il existe plusieurs moyens :

 

1- Les outils mathématiques et statistiques qui permettent d'aligner des chiffres et d'en
faire les commentaires nécessaires, tels que la variance, l'écart type, les fréquences
cumulées, la régression linéaires...),

 2- Les grilles d'observation (qui permettent des relevés en direct sur des faits précis),

  3- Les guides d'entretien (utilisés en face à face lors, par exemple, d'entretiens annuels),

   4- Les questionnaires d'évaluation.

 

Tous ces moyens sont à utiliser précautionneusement car en santé publique, l'avis des personnes avec qui vous travaillez est une donnée des plus importante.

 

  •      Évaluation du processus.

   Elle va permettre de vérifier si les activités prévisionnelles ont été réalisées en tout ou en partie (information de la population, formation des personnels, supervision, gestion des ressources humaines, matérielles, financières...).

 

  • Évaluation des résultats.

  Elle a pour but de vérifier que les objectifs du programme ont été atteints.

 

 

INDICATEURS :

 

   Les indicateurs sont conçus pour:

  1. Faciliter les décisions
  2. Étayer les systèmes de surveillance
  3. Favoriser le suivi de gestion
  4. Appuyer et alimenter les fonctions d’évaluation, de planification de programmation et de contrôle de gestion

 

  •      Les indicateurs peuvent être classés selon le rôle qu’ils jouent pour le décideur :

 

  • Indicateur socio démographiques:
  1. 1.      Structure de la population: pyramide d’âge
  2. 2.      Changements démographiques: tx natalité ISF, TAN….
  3. 3.      Projections démographiques
  4. 4.      Niveau socio économique: niveau d’éducation, tx chômage, revenu……
  • Indicateurs sanitaires
  1. 1.      La mortalité: taux mortalité global, spécifique
  2. 2.      La morbidité: taux incidence, prévalence
  3. 3.      L’incapacité
  4. 4.      Les indices de santé: espérance de vie,
  • Indicateurs de ressources
  • Indicateurs de processus
  • Indicateurs de résultats

 

 

 

  • Diagnostic de la communauté:

 

 C’est un processus de recherche –action càd qu’il associe une recherche directe auprès d’une communauté.

 Ce processus a pour objectif l’identification, l’analyse des problèmes de la communauté et la mobilisation des ressources  pour       améliorer cette situation.Il s’agit d’un diagnostic d’une situation particulière qui se fera avec la participation de la communauté qui en est l’objet.

 Méthodes:

Repose sur deux aspects :

v   Diversité des perspectives (intervention multisectorielles transdisciplinaires).

v   Participation de la communauté

 

Étapes du processus d‘un diagnostic communautaire

  1. Collecte de l’information :
  • Discuter le but de la collecte des données avec les membres de la communauté
  •  Décider du type d’information nécessaire
  • Choisir les indicateurs clef.
  • Identifier les sources d’information et les outils nécessaires
  • Décider des aptitudes et de la main-d’œuvre nécessaire
  • Décider du moment de la collecte des données
  • Décider que faire avec l’information
  • Décider quand, comment et par qui assure-ton le suivi
  1. Suivi participatif :

    C’est l’enregistrement méthodique et l’analyse périodique de l’information qui a été sélectionnée et enregistrée par les membres de la communauté avec l’aide des intervenants extérieurs

       L’objectif du suivi participatif est de fournir des informations pendant la durée du projet,de sorte qu’on puisse effectuer si nécessaire des ajustements et/ou des modifications

Le suivi participatif permet de mesurer les progrès.

 

  • Les indicateurs directs et indirects:

           Éléments d’information directement reliés à ce que l’on mesure.

      Exemple : rendement ↔ Indicateur sur le rendement de la récolte.

 

   Les indicateurs indirects sont des éléments d’information essentiels que l’on choisit parmi un grand nombre d’éléments potentiels d’information

      Exemple Au lieu d’un indicateur direct du revenu,on peut choisir :

     - Les personnes sont pauvres si elles sont obligées de travailler pour les autres.

     - Les personnes sont riches si elles peuvent se permettre d’embaucher de la main-d’œuvre .

 Le choix des indicateurs peut prendre un certain temps, mais l’expérience nous montre que ce n’est pas du temps perdu. Il faut trouver la réponse à trois questions :

  1. Que voulons nous ?
  2. Quels sont les éléments d’information qui pourraient éventuellement nous le faire savoir ?

 3.     Quels sont les éléments d’information moins nombreux ( les indicateurs clef qui nous le ferons savoir à coup sur ? .

 

3- Présentation des résultats (Atelier/ réunion communautaire)

 

  • Restitution (interprétation des informations recueillies) avec un rapport de synthèse
  • Identification des problèmes et des besoins
  • Choix et classement des priorités
  • Fixation des objectifs
  • Dégagement des contraintes
  • Faire l’inventaire des ressources disponibles et les comparer avec les ressources nécessaires.

Il faut prendre en compte les ressources locales (apport en espèce, en travail, en matériaux..).

  4- Mise en œuvre du programme intégré:

 

       1- Comment définir un problème de santé

       2- Comment établir des priorités

       3- Comment élaborer les objectifs

 

              

Participation communautaire dans le domaine de la santé:

 

             La participation communautaire est utile et nécessaire parce que le but recherché n’est pas le meilleur fonctionnement des services en soi mais bien la contribution des services de santé à l’amélioration du bien être global de la population .

             En fait la participation est un processus dans lequel la population est un véritable partenaire à coté du service de santé dans la prise de décisions que ce soit sur le plan de la santé de chaque individu qu’en matière de gestion, planification ou/et évaluation des services de santé.

 Pourquoi la participation ? :

  • Augmenter les ressources disponibles
  • Améliorer la santé en suscitant des changements d’attitudes et de comportements dans la population
  • Améliorer l’utilisation des services de santé grâce à une meilleure acceptabilité et accessibilité
  • Développer la justice sociale et les capacités  des individus et groupes à être autonomes.  

 

  • Conditions favorables à la participation :

 

ü   Décentralisation de la décision (décisions à prendre au niveau local).

ü  Compétences techniques du service de santé (maîtrise  suffisante et profonde des éléments technique pour assurer la capacité de discuter entre les éléments fondamentaux et accessoires.)

ü  Compétence de communication du service de santé.

(Pouvoir de s’exprimer de manière claire et compréhensible).

ü   Existence de lieux ou structure de communication :(  Lieux ou se rencontre le service de santé et la population pour dialoguer des problèmes et de leurs solutions).

 

 

  • Principaux éléments de la stratégie d’une réelle participation :

 

Ce sont les individus et les familles qui s’engagent dans le processus, constituant ce qu’on appelle la communauté familiale ou communauté de base.

La santé est proposée comme élément de bien-être, cela suppose que les membres de la communauté appréhendent l’ensemble des problèmes auxquels ils sont confrontés.

Cette vision intersectorielle des problèmes par la communauté contraint ceux qui s’adressent à elle d’adopter une approche intégrée

 

Toute intervention qui ignore les tensions et conflits générés des stratégies concurrentes par la famille et groupes sociaux au sein d’une communauté risque d’aggraver la situation

 

v    Les intervenants externes doivent s’efforcer d’approfondir la connaissance de l’univers de référence de la communauté et ses mécanismes.

 Les problèmes de santé ne sont pas ressentis comme communautaires, comme individuels ou familiales (on ne s’y intéresse qu’en cas de maladie).

L’intervenant externe est appelé à fournir des explications et des conseils utiles à la communauté pour mieux appréhender ses besoins réels.

Possibilité d’aider la communauté à acquérir la capacité d’apprécier une situation et de juger les diverses possibilités qui s’offrent.

Se référer a la communauté consiste à se mettre à son écoute et établir un dialogue de confiance entre-eux et devenir de véritables partenaires responsables de leurs choix.

 

 

  •  Différentes approche de PC selon le contexte :

 

ü   L’approche Santé publique «  ou technocrate » : Cette approche est basée sur la capacité de la science médicale  et de la technologie pour améliore la santé d la population .

ü  L’approche « développement communautaire « : Basée sur un processus par lequel les efforts de la population sont unis ceux des autorités gouvernementales pour améliorer les conditions économiques, sociales et culturelles  des communautés.

ü  L’approche «  soins de santé primaires » : Vise a augmenter l’accessibilité des services de santé pour la population avec sa pleine participation communautaire

ü  L’approche «  Besoins minimum de développement » : Vise à réaliser une meilleure qualité de vie

 

 

Partenariat :

 

         L’OMS Cite le partenariat parmi les éléments clés de la réalisation de la santé pour tous au 21éme siècle,et insiste sur la nécessité de développement des partenariats entre organisations à différents niveaux et dans tous les secteurs concernés par la santé .

 

   A) Définition :

 

           « Le partenariat est une relation dans laquelle au moins deux parties ayant des objectifs compatibles s’entendent pour travailler en commun, partager les risques ainsi que les résultats ou les gains ».

        Cependant, on ne peut pas parler d’un véritable partenariat :

 

- S’il n’y a qu’un rassemblement simple de personnes qui veulent accomplir des choses

- S’il existe une motivation discrète de la part d’un ou plusieurs partenaires.

- S’il y a une entente en apparence alors que dans les faits les intentions différentes beaucoup.

- S’il ne s’agit que d’un geste symbolique ou si le partenariat a été constitué uniquement pour les apparences.

- Si une personne détient tout le pouvoir et/ou qu’elle dirige le processus; et;

- S’il n’y a pas de partage des risques,des responsabilités,des avantages ,et l’obligation de rendre des comptes

 

     B) Pourquoi créer un partenariat ?

 

  Les partenaires offrent une approche efficace et pratique pour:

       - Résoudre les problèmes: (politiques,économiques,sociaux,sanitaires..)

       -  Saisir des occasions pour planifier des résultats

       -  Permettre aux gens et au système  de s’améliorer

       -  Apporter des meilleures solutions grâce au travail commun.

 

      C) Comment créer des partenaires

 

 La création des partenaires nécessite une préparation et des études préalables. Les étapes à franchir pour assurer le succès:

- La détermination de l’objet et du profil du partenariat
- La recherche du partenaire
- La sélection du partenaire
- La négociation du partenariat
- Les éléments principaux du contrat de partenariat
- Le démarrage et le suivi du partenariat

 

Les 5 étapes pour mettre en place un partenariat !

 

1 : Définir le but du partenariat
Pourquoi faire un partenariat:

- quel est l’objectif de ce partenariat: acquérir de la notoriété, trouver un nouveau réseau de distribution, faire offrir gratuitement des cadeaux à mes clients, générer des revenus supplémentaires…
- quelle est la situation actuelle: j'ai de la notoriété, des finances, j'ai une grosse actualité ou un salon… qui pourraient me servir pour mon partenariat.

2 : La recherche des partenaires potentiels.
Avant de lancer votre campagne d'emailing, il faut tout d'abord identifier QUI contacter en priorité…
 3 : Proposer un partenariat Gagnant – Gagnant
     Pour cela il faut bien identifier ce que souhaite votre partenaire, et ce que vous pouvez lui apporter.

4 : Mettre en place et faire vivre le partenariat
N'oubliez pas la règle d'or du partenariat: pour 1 € investi dans le partenariat, il faut mettre 1 € dans sa mise en valeur via de la communication, des outils marketing, de la formation à vos commerciaux…

5 : Faire un bilan annuel
Ce bilan doit comporter les résultats concrets du partenariat, mais également ce qui a bien fonctionné et ce qui a mal fonctionné afin de tirer des leçons pour les prochaines actions.

 

 

La stratégie et le plan d’action de la sante 2008-2012

 

Les objectifs (10):

 

1)     Moraliser le secteur de la santé

2)      Réduire le TMM à 50 décès pour 100.000 et le TMI à 15 décès pour 1000

3)      Assurer l’équité de l’offre de soins entre régions et entre les milieux urbain et rural

4)      Faciliter l’accès aux soins pour les plus démunis, notamment la population rurale

5)      Disposer d’un service public de santé compétitif et performant

   6) Rendre aux citoyens la confiance dans le secteur public de santé

   7) Réduire le coût des soins et des médicaments

   8) Renforcer la veille et la sécurité sanitaire

   9) Réduire la part supportée par les ménages dans le financement de la santé à moins de 25% à  l’horizon 2015

 10) Prendre en charge totalement les ALD