• Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités

MALADIES TRANSMISSIBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

MALADIES TRANSMISSIBLES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA RAGE

 

 

I-                   INTRODUCTION

 

C ‘ est  une infection qui est transmise à l ‘homme par la salive des animaux infectes  le plus souvent par morsure.           

 

II-                EPIDEMIOLOGIE

 

-          Agent infectieux : Virus rabique

-          Le réservoir du germe est l ‘animal : - rage sauvage

                                                                              - rage citadine   

                                                                              - rage chipotière

 

-          La transmission se fait par la salive infectée des animaux (morsure)

-          Pas de transmission inter humaine

 

III-             CLINIQUE

 

-          Période d ‘incubation : 20 à 60 jours

-          Fourmillement au niveau de la morsure

-          Trouble du comportement

-          Fièvre

-          Trouble digestif

-          Hallucination effrayante

-          Hyperesthésie cutanée

-          Hydrophobie

-          Paralysie des membre > et <

-          Evolution :mortelle en 3 à 6 jours par spasme pharyngé, arrêt cardiaque , arrêt respiratoire

 

IV-             TRAITEMENT

 

-          Des sédatifs pour calmer les malades pou éviter l ‘angoisse

-          Réhydratation par voie-veineuse pour lutter contre la soif

-          Isoler le malade

 

V-                PROPHYLAXIE

 

-          Vaccination anti-rabique selon les 2 protocoles :

                                *protocole OMS : réalise des injections – J0 , J3, J7, J14, J30, J90                                                             

 

                                *protocol court : J0, J7, J21

 

 

 

 

 

 

-          CAS DEVANT UNE MORSURE D UN ANIMAL :

 

  • vérifier le vaccination anti-tétanique
  • traitement locale de la plaie : laver abondamment la plaie à l’eau savonneuse rincer à l’eau et désinfecter la plaie
  • Apprécie le risque de contamination :

-          si l ‘animal est inconnu en donne le vaccin antirabique

-          si l’animal est décédé on réalise l’autopsie du cerveau associe à un traitement antirabique qu on doit interrompre si l’autopsie est négatif.

-          Lorsque l’animal  est vivant en doit le mettre au surveillance vétérinaire et si l’animal est suspect on réalise un traitement anti-rabique pour le patient.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ENCEPHALITE

 

 

 

 

I-                   INTRODUCTION

 

 

C’est une infection inflammatoire de l’encéphale associant à un syndrome infectieux, syndrome méningé et syndrome cérébrale.

 

II-                CLINIQUE

 

Syndrome infectieux : fièvre 39 à 40° associé à des troubles de conscience, des crises convulsives et des signes déficitaires.

 

III-             BIOLOGIE

 

-          PL

-          TDM ou IRM

-          EEG

-          HEMOCULTURE

 

IV-             TRAITEMENT

 

 

-          Lutter contre l ‘encombrement bronchique

-          Traiter une défaillance circulatoire

-          Lutter contre le fièvre

-          Prévenir les escarres

-          Assurer une bonne équilibration hydro-elecrolytique

-          Donner un anti-convulsivants

-          Traitement des étiologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ROUGEOLE

 

 

 

I-                   INTRODUCTION

 

C’ est une maladie virale éruptive de l’enfance qui est généralement bénigne et curable.

C’est une maladie qui est grave en raison de deux types de complications.

*surinfection bactérienne

*complication neurologique.

 

II-                EPIDEMIOLOGIE

 

-          Le germe responsable est un virus

-          La transmission est directe inter humaine par l’intermédiaire de gouttelettes de sécrétion  respiratoire dont lesquelles le virus peut subsister plusieurs heures en dehors de l’organisme.

 

III-             LA CLINIQUE

 

La maladie évolue en trois phases :

-          la phase d incubation : silencieuse dure 3 jours

-          la phase d invasion :dure  4 jours *fièvre 39° , 40

 

                           - Cathare oculo-nasale  comporte un larmoîment

              - photophobie

              - rhinite

              - toux

              - signes digestifs : diarrhée, vomissement

              - signes de KÖPLIK

 

              - la phase éruptive : - survient 2 à 4 j plus tard

                                           - caractérisé par son évolution 

                                           - le 1er jour l’éruption derrière les oreilles au niveau de la tête et le cou

                                            - le 2eme jour l’éruption atteint les épaules et le thorax

                                            - le 3eme jour l’éruption atteint les membres < et l’abdomen

                                            - le 4eme jour l’éruption se généralise à tout le corps

                                            - éruption maculo-papuleuse non prurigineux et érythémateuse

 

 

 

 

-          Fièvre 39 à 40°

-          D’autre signes d’accompagnement :  -polyadenopathie cervicale

                                                                      -splénomégalies

 

 

III-          EXAMENS PARACLINIQUES

 

-          NFS : leucopenie

-          R X du Thorax

-          La sérologie de la rougeole

 

IV-             LES COMPLICATIONS

1-    Les complications ORL

 

-          Rhinite purulente

-          Angine

-          Otite

-          Laryngite

 

   2- Les complications Broncho-pulmonaire

 

      - Bronchite

      - Broncho-pneumonie

      - Emphysème

      - Dilatation des bronches

 

                3- complications neurologiques

 

      - Convulsion

      - Encéphalite

 

                 4- Autres complications

 

-          Digestif : diarrhée, douleur, abdominale

-          Hémorragiques thrombopénie, taches pur puriques,stomatite

-          Conjonctivites

 

V-            LES FORMES CLINIQUES

 

A-  Rougeole maligne

 

-          Elles se voit surtout chez les immunodéprimés avec :

 

  • Hyperthermie très importante
  • Les troubles d’hémostases

 

B-   Rougeole chez l’adolescent et adultes

 

  • Risque de complications neurologiques

 

 

  • Chez la femme enceinte risque d’avortement et d’accouchement prématuré

 

C- Rougeoles des sujets vaccinés

 

 

Les signes cliniques sont moins intenses

 

A-    Traitement rougeole nom compliqué

 

-          Isolement du malade jusqu’à la guérison clinique

-          Paracétamol et l’aspirine

-          Réhydrater le patient

-          Donner les anti-convulsivants à titre préventive

-          Donner les ATB en cas de terrains fragile ou infection ORL à répétition

 

B-    En cas de complication

 

-          Laryngite : donner ATB associé à la corticothérapie

-          Complication ORL ou Broncho-pulmonaire : Donner ATB

-          Encéphalite : donner des corticoïdes

 

C-    TRAITEMENT PREVENTIF

 

La prévention est liée à la vaccination 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HEPATITE VIRALE

 

 

I-                  DEFINITION

 

C’est une inflammation du fois avec altération des cellules hepatocytaire

6 virus peut entraîner une hépatite virale :

 

  • Virus de l’hépatite A
  • Virus de l’hépatite B
  • Virus de l’hépatite C
  • Virus de l’hépatite D
  • Virus de l’hépatite E
  • Virus de l’hépatite G

 

II-              EPIDEMIOLOGIE

 

A-    Virus de l’hépatite A

 

-          La transmission est ORO-FECALE

-          Atteint surtout l’enfant et adulte jeune et sa fréquence dépend surtout de l’hygiène de pays.

 

B-    Virus de l’hépatite B

 

La transmission et surtout : - surtout sexuelle

                                            - sanguine

                                            - mère enfant    

 

C-    Virus de l’hépatite C

La transmission :  - sexuelle

                                   - sanguine

                                   - mère enfant

 

 

 

D-    Virus de l’hépatite D

 

 

La transmission :  - hépatite b

                             - sanguine

                             - sexuelle  

                              - mère  enfant 

 

     E- Virus hépatite E

 

La transmission :  - Virus de l’hépatite A                    

                             - Oro-fécale

 

 

F- Virus de l’hépatite G

 

La transmission par voie sanguine elle est associe à l’hépatite C

 

III-      LES SIGNES CLINIQUES

 

A-  Période d’incubation

 

-          4 semaines-----------hépatite A

-          5 semaines-----------hépatite C

-          6 semaines-----------hépatite E

-          10 semaines---------hépatite  B

-          10 semaines---------hépatite D

 

B-   Phase pré ictérique

 

- Dure 3 à 15 jours

- Troubles digestifs

- Asthénie

- Triade de caroli :  Cephalés

                                Urticaires

                                Arthralgie

 

C-  Phase ictérique

 

-          Dure de 2 à 6 semaines

-          Ictère cutanéo-muqueux

-          Examen : Hépatomégalie

                             Splénomégalie

 

                  LA PREVENTION

 

A-  Hépatite A

 

-          La prévention se base sur la mesure d’hygiène (main, aliments)

-          Vaccination : HARUIX

-          Injection IM avec rappel 6 à 12 mois plus tard tous les 10 ans

 

B-   Hépatite B

 

-          Prévention de la transmission :

 

  • Sexuelle : préservatif
  • Sanguine : dépistage du donneur du sang

                                          Matériel à usage unique

  • Mère-enfant : dépistage en 4eme mois de Grossesse
  • Entourage : Vaccination

                                            3 injections

      C- Hépatite C

 

-  Dépistage du donneur de sang

- Sexuelle : préservatif

- Décontamination des matériels

- Précautions pour les personnels

 

D-  Hépatite D

 

Hépatite B

 

E-   Hépatite E

 

Mesure d hygiène

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

POLIOMYELITE

 

 

 

I - INTRODUCTION

 

Est une maladie épidémique et contagieuse qui est due au poly virus de type 1, 2,3.

 

II- EPIDEMOLOGIE

 

-          L’homme est le réservoir de germe

-          La transmission par voie aérienne est inter humaine par les mains salles est par l intermédiaire de l eau et des aliments contaminés

-          Le virus pénètre dans l’organisme par voie RHINO-PHARYNGE            ou digestif il franchit la barrière intestinale et peut se fixer sur SNC ou il provoque une destruction de neurones responsable des formes paralytiques de la maladie.

                        

III- CLINIQUE

 

-          Début brutal par fièvre 39 à 40°

-          Pharyngite

-          Trouble digestif

-          Céphalée

-          Myalgie

-          Syndrome méningé avec raideur de la nuque

-          Paralysie s’installe brutalement

-          Trouble de la sensibilité

-          Paralysie des muscles respiratoire (paralysie pharynx et larynx)

 

IV- TRAITEMENT

 

-          Lutter contre la douleur par les analgésiques

-          Faire la Kinésithérapie

-          En cas de troubles respiratoire hospitalisé le patient au réanimation

-          Vaccination.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA TUBECULOSE

 

 

 

I-                   INTRODUCTION

 

C’est une maladie infectieuse, contagieuse

 

II-                EPIDEMOLOGIE

 

-          L’agent infectieux : BK (BACILLE DE KOKH)

-          L’ homme est le réservoir du germe

-          La transmission par voie aérienne et par les objets souillés

 

III-             CLINIQUE

 

-          Fièvre 38°

-          Sueur nocturne

-          Asthénie

-          Anorexie

-          Amaigrissement

-          Toux

 

IV-             BIOLOGIE

 

-          Recherche BK

-          IDR à la tuberculine

-          RX thorax

-          Recherches adénopathie

 

V-                COMPLICATIONS

 

-          Pleurésie

-          COMPRESSION TRACHEO-BRONCHIQUE par des adénopathies

-          Méningite

-          DDB

-          Hémoptysie

-           

 

VI-             TRAITEMENT

 

-          III les anti-bacillaires

-          Vaccination

-          Education sanitaire

 

 

 

 

 

 

 

  TENANOS

 

 

 

I-                   INTRODUCTION

 

Le tétanos est une toxi-infection grave due à la toxine Tétanie qui pénètre et se multiplie au niveau d’une plaie cutanée.

 

II-                EPIDEMIOLIOGIE

 

-          L’agent infectieux c’est la chlotridium tétanie bacille Gram- qui se trouve au niveau des selles et de la terre

-          La transmission se fait au niveau des plaies accidentelles, la section de l’ombilic à la naissance par un matériel non stérile, injection IM, les gestes (circoncision)

 

III-             CLINIQUE

 

-          La phase d’incubation : de 6 à 15 jours

-          La phase d’invasion : dont le 1er trismus qui débute par une difficulté à parler et à mastiquer puis impossibilités d’ouvrir la bouche.

-          La phase d’état : les contractures se généralisent à tout le corps elles sont déclenchées par le moindre excitation, le patient est apyrétique.

 

IV-             TRAITEMENT

 

-          Traiter la porte d’entrée en réalisant un parage : C à d décision tissu nécrotique et ablation du  corps du  étranger

-          Pour les ATB on donne Peni G :  et s’il est allergique à la pénicilline on donne les cycline

-          Sérum anti-tétanique

-          III symptomatique : les sédatifs et les myorelaxants

-          Ventilation artificielle.

 

V-                PREVENTION

 

-          Vaccination

-          Nettoyage du plaie : parage et ablation du corps étranger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RAA

 

 

 

I-                   DEFFINITION

 

C’ est une infection streptococcique responsable avec localisation articulaire et cardiaque

 

II-                CLINIQUE

 

-          Angine

-          Fièvre 38 à 39 °

-          Atteinte articulaire : - Grande articulation

                                             - arthralgie/ arthrite

      -    Atteinte cutanée : - érythème

                                        - nodule sous cutanée

      -    Atteinte cardiaque : - endocardite

                                            - myocardite      

                                            - péricardite

 

 

III-             BIOLOGIE

 

-          Hyperleucocytose

-          Anémie

-          ASLO

 

 

IV-             COMPLICATION

 

-          Insuffisance cardiaque

 

V-                TRAITEMENT

 

-          ATB pendant 10 jours « Peni G »

-          Extencilline tous les dix jours

-          Si allergie à la Peni- les macrolides

 

VI-             PREVENTION

 

-          Extencilline tous les trois semaines en IM

                       - cœur sain : 5 ans

                       - cœur pathologique a vie

-          III d’angine

-          Education sanitaire au paren

 

 

 

 

 

LA SCARLATINE

 

 

 

 

I-                   INTRODUCTION

 

C’est une streptococcique cutané secondaire à la production d’une toxine qui est t responsable de l infection cutaneo-muqueuse.

 

II-                EPIDEMIOLOGIE

 

-          C’est une maladie contagieuse

-          Déclaration obligatoire

-          Elle survient à la 2eme enfance

-          L’agent responsable streptocoque β hémolytique du groupe a qui est généralement issue d’un foyer-supérieur pharyngé-amygdalien

 

III-             CLINIQUE

 

Elle comprend 3 phases :

 

-          Phase d’incubation : dure 3 à 5 jours

-          Phase d’invasion : - début brutal fièvre à 39 avec frisson

                              -  présence d’angine érythémateuse et adénopathie   

      - Phase d état :

               - apparaît 24 à 48 h

   - exanthème

   - desquamation apparaît vers le 10eme jour en débutant par le tronc et s’étendant 

                 Vers l’extrémité

              - Enanthème : comprend l’angine, les desquamations qui intéressent la langue,

                 La muqueuse pharyngée

 

IV-             TRAITEMENT

 

- Antibiothérapie : - l’érythromycine 10 mg/kg

 

                              - Extencilline 1,2million tous les 3 semaines 

 

 

                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MCS

I-                  DEFINITION

 

-          C’est une inflammation des méningites, à localisation Rhino-pharyngé, produit ensuite un exsuda purulent envahissant le cerveau et la moelle épinière

-          C’est une maladie grave qui peut donner des complications et des séquelles.

 

II-              EPIDEMIOLOGIE

 

-          L’agent infectieux : NEISSERIA Meningitidis ou Méningocoque

-          L’homme est le réservoir du germe

-          La transmission par voie aérien (Microgouttelette de salive) par contact d’objet souillé par les secrétions

 

III-           CLINIQUE

 

v  Période d’incubation : 2 à 10 j

-          Début de la maladie est brutal

-          Malaise

-          Nausées et vomissements

-          Fièvre 39 à 40°

-          Céphale, myalgie

-          Raideur de la nuque avec douleur à la mobilisation

 

v  Période d’état :

      -    Arthrologie

      -    céphalée très violente

      -    Photophobie

      -    Pouls filant

      -    Fièvre élevé

 

IV-           BIOLOGIE

 

-          FO                                      sérologie : méningocoque

-          PL                                                        Pneumocoque      

-          Hémoculture          

 

V-              COMPLICATION

 

-          Abcès cérébrale

-          Convulsion

-          Décès

VI-           TRAITEMENT

 

-          Antibiothérapie

-          Traitement  des complications

VII-          PREVENTION

Vaccination

 

 LA VARICELLE

I-                  DEFINITION

 

C’est une maladie infectieuse d’origine Virale, épidémique très contagieuse, elle confère une immunité absolue

 

II-              EPIDEMIOLOGIE

 

-          L’agent causal est : lhepés Virus Variceae

-          C’est une maladie de l’enfant entre 2 à 10 ans

-          L’homme est le réservoir de virus

-          La transmission se fait par contact direct par projection des gouttes de salives ou par les objets souillés

-          Son évolution est bénigne

 

III-           CLINIQUE

 

-          Incubation 14 à 16 j

-          L’invasion est de 24h, la fièvre est 38 (Plus un malaise, cette phase peut passer inaperçue

-          La phase d’état : éruption, elle est caractérisé par :

 

  • Evolution : Dans les premières heures on a des macules roses arrondies bien limitées, les heures suivantes se développent des vésicules de 1 mm  de diamètre contenant un liquide clair.

Après 24 h à 48 h des croutes brunâtres qui tombent au bout de 8 à 10 j laissant une cicatrice s’il ya surinfection ou grattage qui disparaît en quelque mois.

 

  • Son siège : La totalité du revêtement  cutané peut être atteint, mais les éléments prédominent au niveau de la face, le tronc et le cuir chevelu (les muqueuses buccales et génitales peuvent être touchées.

 

La guérison : le malade guéri au bout de 10j

 

1-    COMPLICATION

 

-          Surinfection

-          Varicelle maligne de l’immunodéprimé

-          Atteinte neurologique : méningite, encéphalite

-          Atteinte pulmonaire : pneumopathie

-          Purpura

 

2-    TRAITEMENT

 

-          Hygiène corporelle

-          Couper les ongles

-          Mettre des antiseptiques sur la peau

-          Antihistaminique contre le prurit

 

3-    PROPHYLAXIE

 

-          Déclaration à l’autorité sanitaire locale

-          Exclusion de l’école pendant une semaine, après la 1ere apparition de l’éruption

-          Désinfection au cours de la maladie des objets souillés par ou de la gorge ou par les exsudats des lésions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE PALUDISME

 

I-                  DEFINITION

 

-          C’est une maladie fébrile due à un protozoaire (Hématozoaire du genre plasmodium) est transmise par la piqure d’un moustique : l’anophèle

-          C’est une maladie à déclaration obligatoire

 

II-              EPIDEMIOLOGIE

 

 

             - Le parasite est plasmodium falciparum          

                                                             Vivax         

                                                             Ovalea             

                                                              Malaria                    

            - le vecteur anophèle labranchiae

            - Cycle : passe par un cycle de reproduction chez l’homme ainsi que chez l’anophèle (au niveau du foie et GR ou le parasite s’ajourne).

           - Anophèle femelle (La branchiae)

 

           - L’homme est le seul réservoir du germe

  

III-           CLINIQUE

 

-          L’incubation de 6 à 20 jours

-          Fièvre continue

-          Signes digestifs : (diarrhée, vomissement, douleur abdominal)

-          Examen Hépatomégalie

-          L’accès en trois phases :

-           

  • Accès froid : frisson intense
  • Suivie d’un accès chaud fièvre de 40°
  • Phase de défervescence : sueur abondante

 

Le lendemain le malade est Apyrétique.

 

-          L’examen clinique : sub-ictère 5 PM

-          L’accès se déroule   1j/2---------------------P- Falciparum

                                   J1, J2,  J3  ----------   P-Vivax

                                                     ------------ P-Ovalae

                                              J4, J5, J6 : Le sujet est Apyrétique

                                     1j/3 pour P. Malaria

                                     J1, J4

 

IV-           LES COMPLICATIONS

 

Accès pernicieux

 

On l’appelle neuro-paludisme due au paludisme falciparum  se manifeste par :

                                                                      

  • Fièvre 39 à 40 °
  • Trouble neurologique (trouble de conscience)
  • Manifestation viscérale : SPM, HPM, Ictère, Anémie, Hypoglycémie)

 

              Evolution     - non traité : mort 2 à 3 j

                                  - Traité       : mortalité 1 à 30%                                

               B- Paludisme chronique                                                     

 

-          On l’appelle paludisme Viscérale évolutive

-          Due au paludisme falciparum ou VIVAX

-          Survient chez les patients mal traités

-          Se manifeste par Anémie

                                        Fébricules

                                        SPM, HPM

                                        Retard Staturo pondérale chez l’enfant (RSP)

 

C-Fièvre Bilieuse hemoglobinurique

 

-          Liés à l’injection de quinine chez les sujets soumis à une prophylaxie irrégulière

-          Se manifeste par une hémolyse intra vasculaire massive :

 

  • Fébricule
  • Lombalgie
  • Anémie
  • Sub-ictère
  • Oligurie

                      

 

V-          DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

 

        Examen directe : il repose sur la mise en évidence du germe plasmodium dans le sang soit on procède : - Frottis mince

                           - Gouttes épaisse

VI- TRAITEMENT

 

A-    Accé simple sans vomissement

 

 

-          Pour P Vivax, Ovalae, malaria

         - Chloroquine « Nivaquine » : Traitement de    5j  5mg/J

                                                                       Traitement de   2 j 10mg/J

-          Pour P. Falciparum :

                         - Ala fautrine « ALFAN » 

                                    - Chez l’adulte 1 CP

                                     

B-    Accé simple sans vomissement

 

 

-          Pour P Vivax, Ovalae, malaria

         - Chloroquine « Nivaquine » : Traitement de    5j  5mg/J

                                                                       Traitement de   2 j 10mg/J

-          Pour P. Falciparum :

                         - Ala fautrine « ALFAN » 

                                    - Chez l’adulte 1 CP

                                    - Chez l’enfant :  25 mg/j en 2 prises              

                    

 

-          Nifloquine : « LARIAM »

                     - Chez l’adulte : 750 mg puis 500mg 8h après et si les poids est  60kg on 250mg/j.

                     - Chez l’enfant : on donne 25mg/kg en 2 prise espaces de 12 h

 

C-    Accés avec vimissement

 

-          On donne la quinine en perfusion de 25mg/j pendant 5 à 7 j

-          Lalofautrine à l’arrêt de vomissement

 

D-    Paludisme grave

 

On donne quinine en perfusion + DOXYAJCLINE

 

E-    Paludisme au suspicion de multi-resistance

 

Quinine + doxycycline

 

 

II-           PREVENTION

 

-          lutter contre les sources d’injection par le depistage et le traitemen des patients malades

-          Détruire lanophele qui transmette la maladie

-          La prophylascie individuelle et collective :

 

  • On donne la première prise, la veille du départ puis tous les 6j  et 60 j après de la zone endemique
  • Si le patient va voyager avec sans risque de résistansce on donne : Nivaquine 1cp mg/j 6j/7 à 100mg
  • Si le patient va voyager dans une zone à risque de résistance on donne : Nivaquine 1cp/j associé à la progrianil à 100 mg
  • Si le patient va voyager dans une zone de préralence élevé de multi-résistance

                                     *Nefloquine à la dose 250mg/semaine en une prise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LEPTOSPIROSE

 

 

                                    I.      DEFINITION

 

 

-          C’est une maladie qui attient l’animal et qui est transmit accidentellement à l’homme.

-          C’est une maladie générale qui atteint plusieurs organes notamment le fois, les riens et les méninges.

 

                                 II.       ETIOLOGIE

 

A-    Agent causal

 

                     Leptospira interrogans

 

B-    Facteurs favorisants

 

       On distingue 2 types d’expositions :

v  L’exposition professionnelle qui concerne les agricultures, les vétérinaires employés d’abattoirs, les égoutiers.

v  L’exposition loisirs qui concerne tout individu ayant contact avec l’eau souillée par les urines des animaux infectés c »est le cas par exemple des baignades dans les rivières.

 

III .LE MODE DE TRANSMISSION

 

-          Contamination directe par morsure des rats elle est très rare.

-          Contamination indirecte par contacte cutaneo-muqueux par les urines infectés.

 

IV-           LES SIGNES CLINIQUES

 

A-    Diagnostic

 

4-      Phase d’incubation

 

                 Silencieuse de 4 à 14 jours.

          

5-      Phase de début

 

-          Brutal avec une Fièvre de 39 ç 40° avec des frissons

-          Syndrome algique : Céphale, myalgie, arthralgie

-          Syndrome cutaneo-muqueux- taches purpurique

-          Syndrome méningé qui est inconstant.

 

6-      Phase d état

 

-          Ictère cutaneo-muqueux (généralise)

-          Atteinte rénale (oligurie, Anémie)

-          Atteinte neuro-méningée (méningite)

-          Atteinte hémorragique (épistaxis gingivorragies)

-          Atteinte cardiaque : myocardite

-          Atteinte oculaire : uvéite (inflammation de la chambre intérieure de l’œil.

 

B-    Signes biologiques

 

1-      Eléments d’orientation

 

-          Hyperleucocytose

-          Perturbation rénale (/ urée)

-          Perturbation de bilan hépatique (/ transaminase)

-          Méningite à liquide clair.

 

2-      Elément de certitude

 

-          Examen bactériologie : 1er semaine on peut l’isoler dans le liquide LCR  ou le sang, 3e semaines dans les urines.

-          Examen sérologie : Sérodiagnostic de matin et petit (à la recherche des anticorps leptospires).

                                        

V-              COMPLICATION

 

-          Insuffisance rénale

-          Hémorragie Viscérale

-          Myocardite

-          Décès

 

v TRAITEMENT

 

C-    Traitement étiologie

 

-          Pénicilline G : 100.000 VI/KG pendant 10 jours

-          Si Allergie. Cycline

 

D-    Traitement Symptomatique

 

-          Apport hydro-électrolytique

-          Tonicardiaque (en cas de myocardite)

-          Transfusion (plaquette)

-          Assistance ventilatoire  (incubation, ventilation)

-          Epuration extro -rénale (en cas d’insuffisance rénale majeur)

 

VI-           PREVENTION

 

-          Dératisation des bains publics

-          Prévention de contaminations professionnelles par le port de gant, de bottes et des vêtements protecteurs.

-          Vaccination : - 2 injections de 1 ml à 15 jours d’intervalle

                                  - 1 injection de rappel à 6 mois.

 

TOXOPLASMOSE

 

III-           DIFFINITION

 

C’est une infection qui fréquente plus de 60 à 70% des adultes ont une sérologie + c’est une infection habituellement bénigne.

-          L’agent responsable est la toxoplasme gondie.

 

IV-           EPIDEMIOLOGIE

 

A-    Le parasite

 

Il existe 2 formes : - Trophozoide- les lymphocytes

                                - Kystique- qui existe dans le tissu pauvre : Le cœur, le cerveau,

                                  La rétine.

B-    Cycle évolutif

 

Il comprend un Hôte définitif qui est le chat.

Il comprend un Hôte intermédiaire qui est l’homme

 

C-    Contamination

 

-          Se fait par voie orale

-          Par l’injection et la viande non cuite

-          Les aliments souillés

-          Transplacentaire : contamination au cours la grossesse

 

V-              SIGNES CLINIQUES

 

A-    Toxoplasmose Acquise

 

-          Poly adénopathie

-          Une fatigue importante

-          Fièvre légère

-          Encéphalite

-          Les formes graves : immunodéprimé –peut se manifester par des signes neurologies (tel Hémiplégie etc.)

                   

 

B-    Toxoplasmose congénital

 

Les signes cliniques varient en fonction de la date de la grossesse :

  • En cas d’atteinte du 1er trimestre de la grossesse : meurt fœtale avortement, malformation, Hydrocéphale, micro crâne
  • 2e trimestre grossesse ictère, splénomégalie, hépatomégalie
  • 3e trimestre grossesse nécessite une surveillance.

 

VI-           BIOLOGIE

 

-          Mise en évidence les formes Trophozoide dans le sang ou LCR

-          Les formes Kystiques on fait des Biopsies exemple (ganglionnaire)

 

VII-       PROPHILAXIE

 

-          Elle concerne la femme enceinte séro- négatif

-          Elle comprend la consommation de la viande bien cuite, de bien laver les mains et les fruits

-          Eviter le contact avec les chats.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’OXYUROSE

 

I-                  DEFINITION

 

C’est une parasitose intestinale qui est due à un Hématose (verre ronde) entérovirus vermicularis

 

II-              LES SIGNES CLINIQUES

 

Elle peut se manifeste par :

-          Prurit anal nocturne

-          Vulvo- Vaginite chez la petite fille

-          Troubles urinaires

-          Parfois responsable d’une appendicite à oxyures

 

III-             LE DIAGNOSTIC

 

-          Elle se repose sur la découverte de ver adulte à la surface des selles ou au niveau à la marge anale

-          La recherche des œufs peut se faire par un examen  parasitologique :

*Scotch test anal, ce test consiste en application contre le plis de l’anus d’un morceau de ruban adhésif à fin de recueillir les œufs puis ce ruban est appliqué sur une lame de verre est examinée au microscope qui montera à la présence des oxyures

 

-          L’écouvillonnage Vulvaire chez la petite fille

-          L’examen des urines

 

IV-           LE TRAITEMENT

 

-          On donne Cambantrin : 10mg/kg en une seule prise

-          Vermox

-          Zentel 200mg/kg 1cp une seule prise

-          Traitement comporte 2 cures à 15 j d’intervalle

 

V-              PREVENSIONS

 

-          L’oxyure est une parasitose récidivent dont la prévention est indispensable à la fin de ralentir sa propagation

-          Lors de la découverte d’un cas dans une collectivité, elle conviendrait de traiter l’ensemble des membres

-          Il faut également se laver les mains et de bien couper les ongles.

 

 

 

 

 

 

 

 

L ANKILOSTOMIASE

 

 

 

I-                  DEFINITION

 

C’est une maladie parasitaire pratiqué par présence dans l’intestin de l’homme d’un parasite ankylostoma duodénale

 

II-              EPIDEMIOLOGIE

 

-          Il s’agit d’un parasite qui présente une capsule buccal armée des dents et d’une lame tranchante ce qui permet la fixation sur la muqueuse duodénal-juéojenal et la consommation du sang

-          La transmission par voie cutanée lors d’un contact avec une zone souillée

 

III-           CLINIQUE

 

-          Eruption érythémateuse, papuleuse, prurigineuse

-          Dyspnée, toux, prurit nasale

-          Douleur retro-sternal et dysphagie

-          Phase d’état : Trouble digestif : vomissement ; diarrhée, amaigrissement parfois en trouve un syndrome anémique

 

IV-           LES FORMES CLINIQUES

 

-          Les formes asymptomatiques

-          Les formes hémorragiques se manifestent par des melaena

-          Les formes enceintes peuvent entrainer mortalité maternel et fœtal et prématurité

-          Chez l’enfant : retard psychomoteur

 

V-              DIAGNOSTIC

 

Mise en évidence des œufs par coproculture

 

VI-           TRAITEMENT

 

-          Cambantrin : infection légère

20 mg Cambantrin si l’infection est sévère

400 mg ou ZENTEL

         -     Correction de l’anémie par le fer par voie ovale

 

VII-       PROPHYLAXIE

 

-          La lutte contre le péril-fécal

-          La protection des sujets exposée par le port de gants et de bottes

-          Dépistage et traitement des patients malades

 

 

LE TAENIAS

 

 

 

I-                  DEFINITION

 

Ce sont des parasitoses qui sont dues à l’infestation par des vers plats

 

II-              EPIDEMIOLOGIE

 

-          Agent causal : Il s’agit Toenia-saginata ou bien le verre solitaire du bœuf

-          L’homme se contamine accidentellement en mangeant de la viande du bœuf contaminé mal cuite

 

III-           LES CLINIQUES

 

-          Douleur abdominal

-          Nausées

-          Constipation

-          Diarrhée

-          Amaigrissement

-          Prurit anal

 

IV-           DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

 

-          Se fait par identification des vers adultes à la surface des selles

-          La recherche des œufs se fait par l’examen parasitologique des selles ou par le Scotch test anal

 

V-              TRAITEMENT

 

Nicrosamide = trédemine 2cp le matin à jeune à 2 h d’intervalle en les mâchant avant de les avaler avec un peu d’eau  puis  2h plus tard on reprend encore 2cp dans les mêmes conditions

 

VI-           PREVENTION

 

-          l a prévention contre les Tænias repose sur la non-consommation de viande mal cuite ou cru

-          Les congélateurs sont de bons moyens de détruire les Kystes dans la Viande en raison de leur sensibilité au froid et à la congélation prolongée

 

 

 

 

 

 

BRUCELLOSE

 

 

                                     I.      DEFFINITION

 

Appelé également Mélitococcie ou Fièvre méditerranéenne ou Fièvre Ondulante de malte

C’est une maladie de l’animal transmise à l’homme

Maladie à déclaration obligatoire

 

 II.ETIOLOGIE

Agent de causal : - Bacille gram(-)

                                   - 3 espèces sont pathogènes pour l’homme :

 

-        Brucella melitensis

-        Brucella Abortus suis

-        Brucella Abortus Bovis

 

-        Causes favorisante : Profession à risques : les bergers, les vétérinaires, les agriculteurs, Bouchés, employés d’abattoirs

 

-        La transmission professionnelle directe par contacte Cutanéo-Muqueux avec les produits souillés par l’usine infecté

 

-        La transmission non professionnelle qui peut-être : digestive par injection de lait cru non pasteurisé ou de produit laitée (fromage frais)

 

-        La transmission aérienne par inhalation de Brucelles

 

-        L’exposition de loisirs qui concerne les touristes ou les promeneurs en contact avec le bétail

 

III   DIAGNOSTIC

 

A-    Les signes cliniques

 

      Brucellose aigue : - Après une phase d’incubation 8 à 15 j

  • Fièvre
  • Sueur nocturne
  • Syndrome algique(céphalée, myalgie   
  • Adénopathie
  • Hépatomégalie
  • Splénomégalie

 

      Brucellose localisé : - Localisation pulmonaires

                                                                   - Localisation ostéo-articulaire :

  • Sacro-iléite (sacrum, iléon)
  • Ostéo-arthrite du genou

 

                                                               

                                                                   - Localisation nerveuse :

  • Méningite
  • Méningo-encéphalite

 

 

 

                                                                 - Localisation génitale

  • orchis-épididymite

                                                               - Localisation hépatique

  • Pleurésie séro-fibrineuse

      Brucellose chronique : fait suite à une Brucellose aigue soit à une brucellose localisée

                                                              - Elle peut  se manifester par une asthénie

                                                              - Fièvre 38 

 

                                     B- les signes Biologiques

          - L’examen bactériologiques : - Hémoculture

                                                            - Culture de prélèvement

                                                                    (Biopsie ganglionnaire ou prélèvement de pus)

-        La recherche des anticorps à partir du 10eme  j : sérodiagnostic de Wright.

-        IDR à la mélinite : à injecter 1/10 ml de filtras de culture de Brucella à la face antérieur de l’avant bras, lecture de fait  48h la position est marqué par une réaction érythémateuse indurée.

 

IV.     TRAITEMENT

 

-        Antibiotiques : cycline, Rifampicines, Streptomycine

-        Corticothérapie : Formes graves

 

-        Brucellose aigue : *Cycline--- streptomycine

                                * Cycline 6 à 8 semaines

                                * Strépto 21 j

                                * Rifampicine---Streptomycine

-     Brucellose localisé : - ATB pendant 3 mois

                                   - Parfois on assure une cure chirurgicale

                                         (Drainage d’un abcès)

-        Brucellose chronique : ATB n’as pas de place

 

 

  1. PROPHILAXIE

 

-        Mesures vétérinaires pour réduire la Brucellose animale : par la surveillance du Bétail et l’abattage des animaux infectes.

-        On doit prendre des précautions individuelles pour les personnes exposés par le port de masques et de gant

-        Eviter la consommation de lait cru non pasteuriser.

 

LA TURALEMIE

 

 

I-                  INTRODUCTION

 

 

-        C’est une maladie transmise occasionnellement à l’homme, le réservoir est constitué par les rageurs, les lièvres, les oiseaux.

-        Elle sévie dans l’hémisphère nord du globe (canada…)

 

II-              ETIOLOGIE

 

-        Agent causal : c’est une Bacille Gram(-) qui s’appelle Pasteurella Tularensis

-        Causes favorisants : - L’exposition professionnelle qui concerne les chasseurs, les bergers, les employés agricoles

                                                        - L’exposition de loisir

 

III-           MODE DE TRANSMISSION

 

L’homme se contamine occasionnellement le plus souvent directement par contacte cutané avec un animal infecté ou par injection de viande mal cuite

 

IV-           DIAGNOSTIC

 

A-    Signes cliniques

 

-        incubation : 4 à 5 j

-        Phase de début : -Fièvre élevée

                                                      -Syndrome algique

-        Phase dé état : -Manifestation Ulcero-ganglionnaires

                               -Manifestions pharyngo-ganglionnaire

                                                   -Manifestation occulo-ganglionnaire

                               -Manifestation fébrile

                                                   -Manifestation pulmonaires

B-   Les signes Biologiques

 

-          Prélévement de lesion cutnée/secrétion bronchique

-          Ponction d’adenopathie

-          Ecouvillon pharyngée ou conjonctival

-          Sérologie : recherche des anticorps

 

V-         LES COMPLICATIONS

 

-          Méningite meningo-encephalite

-          Sépticemie

 

VI-     TRAITEMENT

 

-          Cycline I Aminoside pendant 7 à 10 j

-          Ponction + drainage dadenopathie serpuré

 

VII-  LA PREVENTION

 

-          Contrôle sanitaire des lièvres

-          Mnipulation des animaux avec des gants

Les animaux suspect les incinères

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE KALA AZAR

(Leishmaniose)

 

                                    I.      1INTRODUCTION

 

-          C e sont des parasites qui sont du leishmania qui est transmise à l’homme par un vecteur « phlébotomes »

-          Leishmaniose cutanée : tropica, major

-          Leishmaniose Viscérale

-          Leishmaniose muqueuse

 

 

II. EPIDEMIOLOGIE

 

-          L a maladie est transmise par un vecteur « phlébotome » hématophage

-          Actif la 1er moitié de la nuit

-          Piqure douloureux

-          Le réservoir du germe : chien, rongeur,  homme

                                                          

                                                        L major         L tropica

 

III .LEISHMANIOSE CUTANEE

 

A-    Les signes cliniques

 

-          Incubation : 6 à 10 semaines

-          Forme rurale : *    lésions au niveau des zones découverte (membres, faces)

                                      *    Débute par des papules qui évoluent vers des ulcérations

         - Forme urbaine : *   lésion au niveau des zones découvertes

         - Evolution        : *  chronique

                                     *  Guérison spontanée mais risque de cicatrice      

 

        - SignesBiologiques : Mise en évidence de leishmanies au niveau, des sérosités qui se

                                           Présente au fond des ulcérations ou à la périphérie de lésions.           

 

  1. 1.      TRAITEMENT

 

-          Ghicontine : 0,1g/kg/J pendant 10 à 15 j

-          Voie locale : *intra-lésionnelle

                                     *1à 2 fois/semaine 3 à 6 semaines

        - Nizoral : cycline

  1. 2.      PROPHYLAXIE

 

-          Lutter contre les chiens errants (réservoir)

-          Lutter contre le Vecteur insecticides

 

 

 

 

  • LESHMANIOSE VISCERALE

 

A-    Les signes cliniques

 

-          Incubation : 2 à 6 mois

-          Début : *soit brutalement

                *soit progressivement

     - Phase d’état : *enfant : Fièvre, Anémie, SPM

                              *Adulte : Fièvre, SPM, HPM, signes cutanée Mortelle sans traitement.

 

B-    Les signes biologiques

 

- Mise en évidence du parasite : *ponction de la rate très dangereuse

                                                    *Ponction du foie

- Sérologie de leishmaniose

 

 

1-      TRAITEMENT

 

          - Glucantine : 15 mg/kg le 1er j, 30mg/kg le 2eme j, 45 mg/kg 3eme j 64mg/kg du 4eme au 15 j

-          Pentacarinat : 3à 4 mg/kg/j 1j/2 10 injection total

-          Fungizone   : 0,5 à 1 mg/kg/j 1 j /2 sans dépasser 3 g au total

-          Lambisone  : 18 à 24 mg/kg (en 6 injections) (six perfusions)

 

                    2- PROPHYLAXIE

 

-          Lutter contre les chiens errants

-          Lutter contre le vecteur (insecticides)

 

 

 

 

                                                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TRYPANOSOMIASES

 

 

 

                                    I.      INTRODUCTION

 

C’est une maladie parasitaire qui est transmise par des insectes dont il existe 2 formes :

-          la forme africaine ou maladie du sommeil

-          La forme Américaine ou maladie de CHAGAS

 

 

                                II.      TRYPANOSOMIASE AFRICAINE

 

1-      Définition

 

La Trypanosomiase humaine africaine ou maladie du Sommeil il est transmis à l’homme par la piqure de la mouche TSE-TSE.

 

2-      Epidémiologie

 

La maladie est strictement africaine avec 2 principaux foyers l’un à l’ouest c’est la trypanosoma-gambiense, l’autre à l’est due à la trypanosoma-chodésiense.

 

3-      Les signes cliniques

 

-          Elles évolue en 3 phases :

 

1er phase      : Furoncle avec adénopathie

2eme phase : Fièvre, adénopathie cervicale et sus-claviculaire hépato-splénomégalie

                      Céphalées, trouble de comportement.

3eme phase : Trouble de sommeil, confusion, dépression et délires, des signes méningés et

                      Parfois une impuissance sexuelle.

      

-          l’évolution : Sans traitement se fait vers la mort après une phase de cachexie.

 

   III.  TRYPANOSOMIASE AMERICAINE

 

1-      Définition

 

C’est une maladie qui est due au trypanosoma Cruzei qui est transmit à l’homme par les insectes.

 

2-      Épidémiologie

 

L a maladie n’est présente qu’en Amérique du sud.

 

3-      Diagnostic

 

Les signes cliniques

 

1er stade : *Lésion cutanée aspect d’un furoncle avec adénopathie

    *Oculaire on va avoir un œdème associé à une adénopathie

 

 

 

2eme stade : Fièvre, adénopathie, Hépato-splénomégalie, myocardite meningo-

                     Encéphalite.

 

La maladie évolue le plus souvent à la chromocité et rarement mortelle en phase aigue.

 

Examen paraclinique

 

-          On peut mettre en évidence le parasite directe : soit en Frottis sang ou GE parfois une biopsie tissulaire

-          Sérologie à la recherche des anticorps

 

Traitement

 

-          On utilise P Ampit à la dose 10 mg/kg/j en 3 prises pendant 4 mois.

-          Ou on utilise Randanil à la dose 6 mg/kg/j en 2 prises pendant 1 mois.

 

Prévention

 

-          On doit améliorer l’habitat rural et périurbain

-          On doit utiliser les insecticides à domicile

-          Elle repose sur le port du vêtement couvrant

-          On doit utiliser des pommades répulsives (pousse les insectes).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BOUTULISME

 

 

I.    INTRODUCTION

 

C’est une intoxication grave d’origine alimentaire due à l’exotoxine secrété par

le chlostridium-botulinium et qui se fixe sur le SN

 

        II.  EPIDEMIOLOGIE

 

-          Le germe responsable c’est le chlostridium qui est un bacille Gram (+)

-          La contamination est digestive et les aliments impliqués sont les conserves (viande ou poisson)

-          C’est une maladie à déclaration obligatoire

 

DIAGNOSTIC

 

A-    Les signes cliniques

 

-          La phase d’incubation : dure 5 h à 8 j

-          La phase d’invasion : Signes digestifs (vomissement, douleur abdominal, diarrhée)

-          La phase d’état : *Les signes oculaires :(vision flou mydriase, diplopie, strabisme, ptosis)

 

 

                                 *Les signes pharyngés : Dysphagies

                                 *Les signes urinaires   : rétention urinaires     

                                 *Les signes digestifs   : constipation  

                                 *Faiblesse musculaire parfois paralysie motrice périphérique

                                 *Pas de fièvre et pas de signes neuro-méningé          

 

-          Par l’interrogatoire on recherche l’injection d’aliment suspect qui doivent être transmissent au labo pour analyse.

 

B-    Biologie

 

-          Rechercher le germe dans les selles et les aliments suspects

-          La recherche de la toxine se fait dans le sang, les aliments suspectés, les selles les vomissements du patient.

 

  • TRAITEMENT

 

 

-          L’hospitalisation du patient est obligatoire

-          On donne un traitement symptomatique

-          Le patient peut présenter de pneumopathie de déglutition ou par fosse route ou par paralysie respiratoire

-          Décés

 

  • PREVENTION

 

 

 

-          On doit prendre des précautions lors de la fabrication des aliments tel que : le lavage soigneux des aliments pour les débarrasser de la terre

-          On doit stériliser suffisamment les conserves

-          On doit ajouter du sel

-          On ne doit pas ingérer les aliments suspects dont conserve bombant de avec émission gaz à l’ouverture ou bien lors de la présence de taches grise ou marron.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ZONA

 

 

I-                  INTRODUCTION

 

-          C’est une affection caractérisé par des éruptions vésiculeuses de la peau, localisées sur le trajet des nerfs de la sensibilité

-          Le Zona chez un sujet jeune peut révélé une infection par VIH

 

II-                EPIDEMIO0LOGIE

 

-          Le Zona est dû à un virus voisin de celui de la varicelle

-          La contamination par contact directe à partir des vésicules

 

III-           CLINIQUE

 

-          Les éléments éruptives sont les mêmes que ceux de la Varicelle mais qui sont limités à une partie du corps 

-          Fièvre, éruption prurigineuse  maculeuse se couvre de vésicule puis de croute

-          Pour les formes cliniques : *Zona thoraciques

                                                           *Zona ophtalmique

                                                           *Zona de l’oreille

                                                           *Zona céphalique

 

IV-           LES COMPLICATION

 

-          Au niveau de la face : Kératite

-          Chez immunodéprimé on peut avoir une dissémination vers les viscères et donc le décès

-          Douleur post Zostériennes

 

V-              TRAITEMENT

 

 

- En cas de Zona ophtalmique : *anti-virale(Zovirax)

                                                   *Pommade ophtalmique 5 application/j à continuer 3j après

                                                   La cicatrisation

                                                  *Associé soit à Zovirax IV dans (les formes sévère Kératite)

                                                  A la dose 30 mg/kg/j ou bien Zovirax comprimé& 800 mg

                                                   /5 f/j pendant 7 jours.

-          Pour le Zona de l’immunodéprimé on donne du Zovirax IV 30 mg/kg/j pendant 10 j et Zovirax comprimés 800 mg/5f/j pendant 7 jours

-          Pour le traitement de la douleur : *            Paracétamol

                                                                     *Morphine

 

VI-           PROPHYLAXIE

 

Pour les malades hospitalisés les isoler vis-à-vis des immunodéprimés (VIH)

 

 

 

LES BILHARZIOSES

 

 

 

I-                  DEFINITION

 

La Bilharziose Urogénitale est une maladie parasitaire due au Schistosoma Hematodium

 

II-              EPIDEMIOLOGIE

 

-          l’agent causal : Schistosoma Hematobium

-          Le réservoir de germe est l’homme

-          La transmission est transcutanée

 

III-           CAUSES FAVORISANTES

 

-          Facteurs professionnels : pécheurs et agriculteurs

-          Facteurs religieux : l’ablution

-          Facteurs sociaux : développement des ressources hydriques

-           

  • CLINIQUE

 

-          Pénétration : Papule prurigineuse parfois inaperçue

-          Phase d’invasion : elle est inconstante : Fièvre, céphalées, manifestation allergiques (Prurit, éruption, urticaire, troubles digestif…) NFS montre une hyper éosinophilie

-          Phase d’état : C’est là ou consulte le malade

-          Hématurie : Terminale

-          Cystite : Pollakiurie, dysurie

-          Surinfection

-          Douleurs sus pubiennes et périnéales

-          La cystoscopie : montre des granulations de la Bilharziose (Grain de riz) au niveau du vagin du col chez la femme et aussi des trompes en trainant une stérilité ou GEU

-          Chez l’homme entraine et l’épididymite

 

  • COMPLICATION

 

- Sclérose et rétrécissement responsable d’une dilatation pyélocalicienne

- L’évolution se fait vers l’injection et l’insuffisance rénale

- Calcification de la vessie qui entraine des cancers de la vessie.

 

  • DIAGNOSTIC

 

- Les éléments d’orientation : *Hématurie

                                                *Hypererosinophilie

- Les éléments de certitude : la mise en évidence des œufs de Shistosoma Hematobium

 

 

 

  • TRAITEMENT

 

Anti Bilharzion : Bilarcid, Nidazol

 

  • PROPHYLAXIE

 

-          La déclaration est obligatoire

-          Hygiène de l’eau

-          Destruction de l’hôte intermédiaire

-          Stérilisation des porteurs, plus ceux de pistés cliniquement et biologiquement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AFFECTION DE

L APPAREIL RESPIRATOIRE

 

 

 

 

 

  • LA GRIPPE
  • LES OREILLONS
  • LA COQUELUCHE
  • LA DIPHTERIE
  • LES PNEUMONIES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AFFECTIONS ET TROUBLES DE L APPAREIL DIGESTIF

 

 

 

  • LES BILHARZIOSES
  • LE CHOLERA
  • LES DYSENTERIES
  • LE FIEVRE TYPHOIDE
  • L ANKYLOSTOMASE
  • L ASCARDIOSE
  • LES TAENIAS
  • L OXYUROSE
  • LE KYSTE HYDATIQUE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AFFECTIONS DU SYSTEME HEMATO-POETIQUE

 

 

 

 

  • LA BRUCELLOSE
  • LES HEPATITES
  • LE KALA AZAR
  • LA LEPTOSPIROSE
  • LA TU LAREMIE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AFFECTATION DU SYSTEME NERVEUX ET LOCOMOTEUR

 

 

 

 

 

 

 

  • LE BOTULISME
  • LA RAGE
  • L ENCEPHALITE EPIDEMIQUE
  • LE TETANOS
  • LA MENINGITE CEREBRO-SPINALE
  • LA POLIOMYELITE
  • LA TRYPANOSOMIASE
  • LE ZONA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AFFECTION DES TEGUMENTS

 

 

 

 

 

 

 

 

  • L ERYSIPELE
  • LA ROUGEOLE
  • LA SCARLATINE
  • LA VARICELLE
  • L HERPES

 

 

 

 

 

 

 

 

                               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MALADIES PARTICULIEREMENT IMPORTANTE AU MAROC

 

 

 

 

 

  • LE PALUDISME
  • LA TUBERCULOSE
  • LE R.A.A

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SCHEMA DE COURS

 

 

 

 

 

 

I-                   DEFINITIONS

II-                ETIOLOGIES

 

A-    AGENT CAUSAL

B-    CAUSES FAVORISANTE

 

 

III-             MODE DE TRANSMISSION

IV-             SIGNES CLINIQUES ET BIOLOGIQUES

 

 

A-    INCUBATION

B-    INVASION

C-    PERIODE D ETAT

 

V-                EVOLUTION ET COMPLICATIONS

VI-             TRAITEMENT

VII-          PROPHYLAXIE

VIII-       LISTES DES MALADIES A DECLARATION OBLIGATOIRE

 

 

 

 

 

 

                                                      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

OBJECTIFS

 

 

 

LES OBJECTIFS THEORIQUES

 

 

v  DEFINIR CHACUNE DES MALADIES TRANSMISSIBLES

v  DETERMINIER L AGENT CAUSAL ET LES CAUSES FAVORISANTES DE CHAQUE MALADIE

v  IDENTIFIER LES SIGNES CLINIQUES, BIOLOGIQUES EVOQUATEURS DE CHAQUE MALADIE

v  DECRIRE LE MODE DE TRANSMISSION DE CHAQUE MALADIE

v  EXPLIQUER L  EVOLUTION ET ENUMERER LES PRINCIPALES COMPLICATIONS DE CHAQUE MALADIE

v  DECRIRE LE ROLE INFIRMIER DEVANT CHAQUE MALADIE

 

 

               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L HERPES

 

 

 

 

 

I-                  INTRODUCTION

 

Ce sont  des lésions cutanées contenant  des vésicules transparentes d’un volume d’une tête d’épingle réunies en nombre variable dans un même groupe entouré d’une auréole rouge

 

II-              EPIDEMIOLOGIE

 

-          La maladie Herpétique est due au type de 2 virus :

 

                                    * Herpes simplex virus 1 : responsable de l Herpes orale

                                    * Herpes simplex virus 2 : responsable de l Herpes génitale

 

         -    La transmission se fait par contact entre individu par l’intermédiaire de secrétions  infect

               Infectés

         - L’herpès simplex de type1 (HSV1) : est principalement transmit par contact avec des

               secretions orales

        - L’herpès simplex de type2 (HSV2) : est principalement transmit par voie sexuel   

 

 

III-           LES FACTEURS FAVORISANTS

 

   La fièvre, le stress, l’exposition au soleil etc.…

 

 

IV-           DIAGNOSTIC

 

a-      Les signes cliniques

 

1-      L’herpes orale

 

 

L’herpes orale est due à (HSV1) se manifeste par :

-          Gingivo-Stomatite se caractérise par présence de vésicules qui veulent se rompre laissant des ulcérations, sont très douloureuses, intéressant toute la cavité buccal, très

-           

 

-           

-          oedemacies , la fièvre est élevé  à 39° avec présence d’adénopathie sous l’alimentation est impossible et l’évolution est favorable 10 à 15 j.

 

 

 

 

2-    L’herpes génital

 

L’herpes génital est due au (HSV2) provoque des vésicules douloureuses qui vont rapidement s’ulcérer, ces vésicules siègent du vagin et la vulve chez la femme, siège aussi anal et péri anal chez lzs Homosexuels fièvre 39° est élevé avec présence d’adénopathie inguinale.

 

b-    Biologie

 

 

 

-          Se fait par un Frottis du liquide de la vésicule infectée

-          Se fait sur un écouvillon affirme la présence et le type du Virus

 

V-              TRAITEMENT

 

a-      Traitement curatif

 

- L’Herpes orale : *Réhydratation par voie orale

                              *Bain de bouche avec de l’eau bicarbonaté

                              *Alimentation froide      

                              *Zovirax par voie orale ou par voie IV

- L’Herpes génital : *Primo-infection. Zilitrex 500mg 1cp/j pendant 10 j

                                  Ou Zovirax 200mg 1 cp 5 fois/j pendant 10j

                                 

                                 *Formes sévère : Zoviax injectable en IVD à la dose 5 mg/kg toutes les 8 h

                                  Jusqu’à la guérison

 

 

b-     Traitement préventif

 

-          Déconseiller les rapports sexuels en cas d’Herpes génital pendant 10j

-          Chez l’immunodéprimé la prophylaxie médicamenteuse repose sur le ZOVIRAX.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L ERYSIPELE

 

 

I-                  INTRODUCTION

 

C’est une infection de la couche superficielle du derme

 

     II-        LES ETIOLOGIES

 

A-    La recherche de facteur favorisant

 

- A u niveau des membres inférieures : * La recherche de l’intertrigo-inter orteil

                                                                 Un ulcère ou un traumatisme

 

 

- Au niveau des membres supérieures : * On recherche une injection intraveineuse septique

 

- A u niveau du visage : On recherche une lésion cutané »e, surinfecté foyer (ORL) :sunisite

 

- Chercher la notion du diabète

 

B-   Recherche en cause

 

 

Les germes incriminés : - Streptocoque B Hémolytique du GA

                                       - Staphylocoque

 

 

 

III-         DIAGNOSTIC

 

A-    Les signes cliniques

 

-          Il se manifeste par un placard inflammatoire érythémateux, œdémateux , et légèrement surélevé

-          Il est douloureux à la pression

-          Evolution est favorable 5 à 10 j avec apparition du desquamation

-          Parfois on peut trouver des Bulles et des taches pur puriques sur le placard

-          Fièvre avec frisson et des adénopathies régionales

 

B-    Les examens par cliniques

 

 

 

-          On doit réaliser le prélèvement Bactériologique au niveau de la porte d’entrée, au niveau des bulles et des HEMOCULTURES

 

 

 

-          Ces prélèvements doivent être réalisé avant de commencer ATB

 

 

-          NFS : Hyperleucocytoses

-          VS : accéléré

-          L’évolution est favorable sous traitement bien conduit

 

 

 

IV-           LES COMPLICATIONS

 

-          Complications locales : Abcès, cellulite

-          Complications générales : Septicémie, choc septique, GNA

 

V-                TRAITEMENT

 

-          la PENI G : 500 mille VI/kg/j toutes les 4 h par VI jusqu’à l’Apyrexie

-          Traitement par voie orale par PENI V Ou l’AMOXILLINE à la dose 20 à 30 mg/kg/j pendant 10 à 10 j

-          En cas d’allergie à la PENI G : Macrolide (Erythromycine 30 à 50 mg/kg/j pendant 10 j

-          Traiter la porte d’entrée : Intertrigo-inter orteil par les Antifongiques : * Pevaryl, Mycoster.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L ASCARDIOSE

 

I-                  INTRODUCTION

 

C’est une maladie parasitaire due à un germe qu’on appelle Ascaris Lombricoïde : C’est un ver qui est de 20 à 30 m de longueur, s’implante dans l’implante dans l’intestin grèle et se nourrit intestinal (Liquide qui résulte de la digestion gastrique des aliments)

 

II-              EPIDEMILOGIE

 

-          l’agent responsable : Ascaris lombricoïde

-          L’homme se contamine par injection d’œuf d’Ascaris souillant l’eau les fruits et légumes

 

III-           LES SIGNES CLINIQUES

 

-          Fièvre modérée

-          Diarrhée, douleur abdominal, Nausées, Vomissement

 

IV-           COMPLICATION

 

-          Appendicite

-          Péritonite

 

V-              BIOLOGIE

 

IL repose sur l’identification du ver dans les selles ou bien la recherche des œufs dans les selles

 

VI-           TRAITEMENT

 

- Soloskil :* Adulte : 150 mg en une seule prise

                  * Enfant : 3 mg/kg en une seule prise

- Cambantrin : 10 mg/kg/j en une seule prise

- Zentel : 2 cp à 200 mg en une seule prise

 

 

VII-       LA PREVENTION

 

-          On doit éviter de manger ou boire les liquides souillés par les œufs pour cela, il faut se laver les mains, laver les aliments

-          Boire de l’eau potable ou de contaminer les eaux douteuses

 

 

 

 

 

 

 

LES PNEUMONIES

 

I-                  DEFINITION

 

C’est une atteinte inflammatoire aigue du parenchyme pulmonaire du à un agent infectieux : Virus, bactéries, champignon.

Elles peuvent être communautaires ou nosocomiales

 

II-              ETIOLOGIE

 

-          Pneumonies communautaires : Hémophiles INFLUENZA myxovirus

-          Pneumonies Nosocomiales : Staphylocoque

 

 

      PNEUMONIE FRANCHE LOBAIRE

 

 

I-                  DEFINITION

 

C’est une Pneumonie classique due au pneumocoque

 

II-              DIAGNOSTIC

 

A-    EXAMEN CLINIQUE

 

-          Début brutal

-          Des frissons

-          Fièvre 42°

-          Toux sèche

-          Dyspnée à type de polypnée

-          Herpes Labiales

-          Rougeur des pommettes

-          La radio pulmonaire montre une opacité à un lobe ou une partie d’un poumon

 

B-    EXAMEN PARACLINIQUE

 

-          NFS : Hyperleucocytoses

-          Hémoculture : au moment de pic Fébriles

-          Recherche des germes dans les crachats

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   PNEUMONIES ATYPIQUES

 

 

Elle s’oppose à la pneumonie Franche Lobaire aigue par son nom, expression clinique, radiologique et étiologiques

 

III-           CLINIQUE

 

-          Le début est progressif

-          Température 38 à 39°

-          Conservation de l’état général

-          Une discrète élévation Polynucléaire

 

IV-           EVOLUTION

 

L’évolution est rapidement favorable dans la majorité des cas

 

V-              COMPLICATION

 

-          Pleurésie Séro-Fibrineuses

-          Abcès Pulmonaires

-          Surinfection

-          Insuffisance respiratoire

 

VI-           TRAITEMENT

 

-          Pour la Pneumonie Franche Lobaire aigue : Peni G en cas d’allergie les macrolides

-          Pour les Pneumonies Atypique : Les macrolides et les Quinolones

-          Pour les Pneumonies avec signes de gravité : Hospitalisation du malade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE KYSTE HYDATIQUE

 

 

I-                INTRODUCTION

 

Les larves de certains Ténias d’animal peuvent accidentellement contaminer l’homme chez lequel elles réalisent des parasitoses tissulaires sévères. L’hydatidose est l’une de ces maladies, elle est due à la larve d’un Taenia du chien : Echinococcus Granulosie.

 

 

II-             EPIDEMIOLOGIE

 

-          L’agent causal : L’Echinococcus Granulosie

-          L’homme est un Hôte intermédiaire accidentel en ingérant les œufs quand ils sont en contact avec un chien parasité

-          Les œufs éclosent dans l’estomac puis gagne le foie créant un sphère creuse limité par  une membrane externe et une membrane interne contenant le liquide Hydatique : eau de roche

-          L’évolution naturelle se fait vers l’augmentation du volume

 

 

-          La rupture ou la fissuration responsable de choc anaphylactique grave (chaque Scolex va donner un Kyste Hydatique

 

 

III-         LA CLINIQUE

 

                                  1- HYDATIDOSE HEPATIQUE

 

-          C’est la localisation la plus fréquente du Kyste Hydatique 50 à 70 % des cas

-          Se manifeste par Hépatomégalie

-          Parfois ce Kyste peut se compliquer :

 

  • Par une fissuration par les voies biliaires
  • Risque d’infection aigue  (ABCES DE FOIE)
  • Risque de rupture dans le Pétitoire, plèvre, bronche avec risque de choc anaphylactique
  • Compression des voies Biliaires.

 

2-KYSTES HYDATIQUE DU POUMON

 

- Il se manifeste par : * toux

                                   * Dyspnée

                                   * Hémoptysie

- Il peut se compliqué : * par une compression d’une bronche

                                     * Fissuration et rupture dans une bronche

                                     * Infection   

 

 

                                  3- AUTRES LOCALISATION

 

 

Toutes les organes peuvent être touché : - Le Cerveau 3%

                                                                 - La rate

                                                                 - Le rein

 

                                                               

IV-           LES EXAMENS PARACLINIQUES

 

         - Radiologie : * Echographie permet la présence du Kyste Hydatique du foie

                                * Radio du thorax : mise en évidence du poumon

             

-          La sérologie Hydatique : recherche des anticorps du Kyste Hydatique

 

V-              COMPLICATIONS

 

-          Ictère par compression des voies Biliaires

-          La fissuration et la rupture avec choc anaphylactique

-          Infection Kystique (abcès de foie)

 

VI-           TRAITEMENT

 

-          Traitement chirurgical est le meilleur TRT : Consiste à l’ablation chirurgical du Kyste en évitant à tout prix la dissémination parasitaire lors de l’intervention  l’idéal et de retirer les Kystes intactes sans les ouvrir

-          On peut aussi lorsque l’ablation est difficile de détruire le Scolex on injectant  de l’eau oxygéné dans les Kystes

-          Traitement médical : Il est proposé complément de la chirurgie ou lorsque celle-ci est impossible :

  • On donne Allbendazol (ZENTEL) 14 mg/kg/j

 

VII-       PREVENTION

 

-          Lutter contre les chiens errants

-          Incinérer les Viscères parasités ou bien les enterrer

-          Se laver les mains après avoir toucher un animal

-          Laver les légumes consommés crus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAMIBIAS INTESTINALE

 

 

 

                                     I.      DEFINITION

 

 

 

L’amibiase intestinale est une affection parasitaire due à Entamoeba histolica. Elle est très répondue dans les zones chaudes et humides du globe ou elle sévit à l’état endémique

 

                                II.      EPIDEMIOLOGIE

 

-          L’agent causal : Entamoeba Histolytica. Strict de l’homme

-          La transmission du parasite est assurée par les selles chez les porteurs d’Amibiase

-          Le sujet est contaminé par les aliments crus ou boissons souillées par les selles contenant des KYSTES D AMIBE.

 

                             III.      ETUDE CLINIQUE

 

-          L’amibiase intestinale se caractérise par son polymorphisme :

-          Formes dysentérique : C’est la forme la plus évocatrice son début est souvent brutal et fait d’un Syndrome dysentérique.

 

  • Signes fonctionnelles :

 

-          Evacuations rectales

-          Douleur abdominales

-          Ténesme

-          Faux besoins

 

Signes généraux

 

L’état général est conservé, l’apyrexie est habituelle

       

  • Signes physiques
  •  

-          L’abdomen est sensible

-          Le colon spasmé érectile (gonflé)

-          Le touché rectale est normale ramène quelques secrétions Glairo-sanglante.

 

                             IV.      EVOLUTION

 

L’évolution est rapide sans séquelle grâce au Traitement médical précoce, en son absence, en cas de réinfections, les rechutes sont inéluctables avec le risque de séquelles extra-intestinales

 

 

 

                                V.      FORMES CLINIQUES

 

-          Formes frustes : Sont réduites à quelques « crachats rectaux »

-          Formes trompeuses : Peuvent stimuler une affection Hépatobiliaire lorsque les douleurs prédomines dans l’hypochondre droit, une infection urinaire avec des douleurs Lombaire, une Cystite, mais l’existence des troubles du transit doit faire évoquer la possibilité d’une Amibiase.

-          Formes compliqués : Colectasie, perforations, les Hémorragies les Amoebomes, Amibiase Hépatique, Amibe pulmonaire, autres localisations : Cutanées, splénique, cérébrale, péricardiques colopathie spasmodique.

 

                             VI.      DIAGNOSTIC

 

-          Les données an amnésiques

-          La rectoscopie : Ulcération

-          La colonoscopie : Lésion du colon, visualiser un Amoebome et de pratiquer les Biopsies

-          Lavement de Baryté

-          L’examen parasitologie des selles : reste l’élément le plus décisif

 

                         VII.      TRAITEMENT

 

-          Détruire l’Amibe

-          Pallier les conséquences locales est générale de la Nécrose tissulaire

-          Traiter par : Les amoebicides (Metronidasole) (Furamid, Intetrix)

 

                      VIII.      PROPHYLAXIE

 

Repose avant tous sur l’hygiène collective et individuelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA FIEVRE TYPHOIDE

 

 

I-                  INTRODUTION

 

C’est une septicémie à point de départ intestinale due à la Salmonella typhie ou à la Salmonella parathyphie

 

II-                EPIDEMIOLOGIE

 

-          L’agent responsable : Il s’agit d’un bacille GRAM NEGATIF

-          Le réservoir des germes  est strictement humain

-          La source de contamination réside dans les matières fécales des sujets malades ou les sujets porteurs sains

-          La transmission peut être directe par contacte avec les selles infectés ou du linge souillé, ou par absorption d’aliment manipulés par porteur de germe, indirecte c’est le mode de transmission le plus important d’origine Hydrique.

 

III-           LES SIGNES CLINIQUES

 

-          L’incubation : Elle est de 7 à  21 j

-          La première débute :

                    * Des troubles digestifs : nausées constipations

* Des troubles nerveux : Céphalées, insomnies

            * Epistaxis

            * Température à 39- 40° frissons.

 

Examen clinique

 

-          Langue Saburrale (trop chargée)

-          Fosse Iliaque droite gargouillante

 

* Phase d’état : A partir de la 2eme semaine

* Persistance des signes de la 1er semaine diarrhées, alternance de la diarrhée et de la constipation

* Asthénie, somnolence, délire

* Splénomégalie

* Taches Lenticulaires, macules érythémateuses s’effacent à la pression 2 à 3 mn, siègent à la partie haute de l’abdomen à la face antérieur du Thorax

* L’angine de Duguet : Ulcération superficielle indolore sur la partie antérieure du voile du palais

 

Examen paraclinique

 

- Elément d’orientation : * Leucocytes normaux ou diminués

                                        * Anémies 

                                        * VS accélérée

 

- Elément de certitude : * Coproculture culture de LCR ; culture de pus d’abcès

                                      * Sérologie : Sérodiagnostic de Widal et Félix

 

 

IV-           LES COMPLICATIONS

 

-          Complications intestinales :

 

v  Hémorragie digestive : Peu  abondante, survienne à la 3eme semaine

v  Perforation intestinale siège à la partie terminale de L’iléon qui réalise 2 tableaux :    - Tableau de péritonite

                          - Tableau ne s’accompagne ni de douleur abdominale nette ni    

                                                          De contracture ce qui rend le diagnostic difficile

 

-          Complications neurologiques :  

  •  Psychoses                                                    
  •  Méningite

 

-          Complications cardio-vasculaire : 

  • Myocardite
  • Péricardite
  • Endocardite

                                                                      

 

     -     Complications pulmonaires :     Pneumopathie

 

 

-          Complications Hépato- splénique :

  • Cholécystite
  •  Hépatite
  •  Abcès splénique

               

V-              TRAITEMENT

 

-          Antibiotiques : Ampicillerie, choronphenicole

-          Traitement des complications

 

 

VI-             PROPHYLAXIE

 

-          La prophylaxie repose sur l’hygiène alimentaire, individuelle, par le lavage des mains après contacte fécale et avant la manipulation alimentaire

-          La vaccination est réservé aux personnes exposé au risque : voyageurs, personnel de la santé : s’injecter avec rappel tous les 3 ans réalisé à partie de 2 ans

-          Déclaration est obligatoire

-          Isolement à faire à l’hôpital

-          Désinfection en cours des selles, des urines et des vomissements

-          Eviction scolaire 20 j après l »absence de fièvre ou après 2 coprocultures négatif à 8 j d’intervalle

 

 

 

 

 

 

 

LE CHOLERA

 

 

 

I-                  DEFINITION

 

 

C’est une toxi-infection qui se caractérise par des diarrhées abondantes responsables d’une perte hydro-électrolytique importante et rapide.

 

II-              EPIDEMIOLOGIE

 

-          Il s’agit d’un bacille GRAM négatif : ELTOR et ZAMZAM

-          Le réservoir de germe c’est l’homme malade, le convalescent et le porteur sain

-          La transmission directe : c’est la maladie des mains salles, vomissements d’un malade

-          La transmission indirecte : voie Hydrique

 

III-           LES CAUSES FAVORISANTS

 

-          Coutumes

-          Le niveau socioéconomique bas

 

IV-             LES SIGNES CLINIQUES

 

-          Incubation de quelques heurs à 5 j

-          Mode de début : Il est brutal par une tension abdominal plus gargouillement intestinaux rapidement suivit par les selles diarrhéiques

-          Phase d’état : Ile est constitué  en quelques heurs par : Des diarrhées aqueuses, afécales, fade, le nombre de selles est élevée pouvant atteindre 5 à 100 selles/j des selles  en eau de riz

-          Vomissement en jet

-          La température est normale

-          L a conscience est conservée mais le malade présente une grande anxiété

 

V-              LES SIGNES EN RAPPORT AVEC LA DESHYDRATION

 

La soif, L’asthénie, les trais sont tirés, le pouls est filant oligurie, Hypotension artérielle

 

VI-           EVOLUTION

 

-          Correctement traité, l’évolution se fait vers la guérison sans séquelles

-          Non traité, l’évolution est fatale

 

 

 

 

 

 

VII-       COMPICATIONS

 

-          Insuffisance rénale

-          Hypoglycémie

-          Inhalation des vomissements et troubles de conscience

 

VIII-    TRAITEMENT

 

-          Lutter contre l’infection digestive, corriger la déshydratation

-          Réduire la durée des symptômes

-          Traitement étiologique : Les cyclines, le bactrim, cotrim (Amoxilline pour la femme enceinte)

-          Traitement symptomatique : Remplissage par des solutés et les électrolytes.

 

 

IX-           PROPHYLAXIE

 

 

-          Vis-à-vis du malade : Isoler, le déclarer à l’échelon national et international et le traiter

-          Vis à vis du porteur : Identifier le porteur par coproculture et le traiter

-          Vis-à-vis du contact : Vaccination et chimio-prophylaxie

-          Prophylaxie : * Hygiène de l’eau

                                     *Amélioration  de niveau de vie   

        -    Vaccination pour adulte :  2 injections à 10 j d’intervalle

               Vaccination pour enfant : 3 injections à 7 j d’intervalle

                                                       L’immunité n’apparaît qu’après 6 j et dure que 6 mois

        -    Chimioprophylaxie : Bactrim 3 à 4cp/j pendant 5 j pour adulte

                                               1 à 2 cp/j pendant 5 j

                                               Protection 15 j après 15 j renouvellement de la moitié de la dose

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DIPHTERIE

 

                                    I.      DEFINITION

 

C’est une maladie infectieuse contagieuse due au Bacille de KLEBS-LOFFLER. Elle touche surtout les enfants.

 

                                II.      EPIDEMIOLOGIE

 

-          Agent causal : KLEBS-LOFFER

-          La transmission par voie aérienne (gouttelette de FLUGUE) par un malade ou porteur sain

-          Elabore une toxine atteint le Myocarde, le SN, les reins, le foie

 

                             III.      LA CLINIQUE

 

-          Angine diphtérique

 

  • Incubation : 1 à 7 j
  • Malaise général
  • La fièvre est 38,5
  • Dysphagie
  • Pâleur
  • A l’examen on trouve : Amygdales rouges tuméfiée recouverte d’un enduit grisâtre : fausses membranes
  • Signes pharyngés s’associes :
  • Corysa séreux ou muco-purulent
  • Une adénopathie sous maxillaires douloureuse
  • Tachycardie

 

-          Angine diphtérique maligne

 

Elle est observée surtout chez le jeune enfant non vacciné et aussi chez l’immunodéprimé.

 

-          Le début est brutal

-          Fièvre entre 38 à 40 °

-          Douleur pharyngée

-          Vomissement altération de l’état général

-          L e cou est déformé par de volumineuses adénopathies sous maxillaires douloureuses

-          Un écoulement nasal séro-sanglant

-          Dysphagie

-          A l’examen on trouve les fosses membranes grisâtre envahissant la gorge, la muqueuse est œdémateuse ulcérée, sanglante l’haleine est Fétide

-          Le pronostic est immédiat en fonction de l’intensité de syndrome toxique : la fièvre élevée, pâleur, dyspnée tachycardie, déshydratation syndrome hémorragique l’évolution peut être fatale

 

                             IV.      TRAITEMENT

 

Traitement curatif

 

-          Isolement : Eviction scolaire

-          Repos au lit vitaminothérapie, Kinésithérapie respiratoire

-          Sérum antidiphtérique

-          Antibiothérapie : macrolides (Erythromycine) Pénicilline G

 

Traitement préventif

 

 

        La vaccination (Voir SMI)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA COQUELUCHE

 

 

 

I-                  DEFINITION

 

 

C’est une toxi-infection contagieuse et immunisante elle est due au Bacille de Bordet (Bordetella Pertisis)

 

 

II-              EPIDEMIOLOGIE

 

-          L’agent causal : Bordetella c’est un bacille GRAM  -

-          Le réservoir de germe est l’homme

-          La transmission interhumaine directe

-          L’immunité acquise est durable

 

 

III-           LES SIGNES CLINIQUES

 

-          L’incubation est silencieuse elle dure 7 à 15 j

-          L’invasion : Elle dure 7 à 15 j

  • Trachéo-bronchite
  • Peu ou pas Fébrile
  • Toux sèche Spasmodique prédominance nocturne

         - La phase de quinte : entre le 7éme et le 15eme j suivie souvent par un prodrome, l’enfant est anxieux, la quinte débute par une série de secousses de toux entre 5 à 20 de plus en plus rapprochées jusqu’à Apnée, puis une inspiration bruyante et prolongée (chant de coq), le cycle se répété 3 à 4 fois.

Au cours de la quinte l’enfant est cyanose, couvert de sueurs les yeux larmoyants

 

IV-           LES COMPLICATIONS

 

- Complications respiratoires : - Pneumothorax

                                                  - Bronchite pulmonaire

- Complications neurologiques : - Ulcération de la langue

                                                    - Epistaxis

                                                    - Hémorragies sous conjonctivale  

                                                    - Les Otites sont fréquents chez le nourrissons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V-              TRAITEMENT

 

 

-          Traitement curatif

 

ü  L’hospitalisation précoce et bénéfique

ü  La surinfection relève des macrolides et de L’ampicilline

ü  Les complications neurologiques nécessitent un traitement anticonvulsif

ü  La ventilation vaccination assistée lors de la détresse respiratoire

 

-          Traitement préventif

 

ü  C’est une maladie à déclaration obligatoire

ü  L’éviction scolaire est de 30 j

 

 

ü  La vaccination DTC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA GRIPPE

 

 

 

I-                  DEFINITION

 

 

C’est une maladie virale extrêmement contagieuse se manifeste sous forme endémique, sporadique

 

II-              ETIOLOGIE

 

- L’agent causal : Est le mixovirus Influenza A, B et C

                             A est le plus répandue  

- La transmission est directe

 

III-           LES SIGNES CLINIQUES

 

-          Incubation : Silencieuse dure 2 à 3 j

-          Période d’invasion : Le début est brutal

                                                Hyperthermie

                                                Frisson

                                                Céphalées

                                                Myalgies

                                               Toux sèches

                                               Rhinorrhées

                                               Encombrement des voies respiratoires inferieures

 

- Phases d’état : Hyperthermie 40°

                           Malade Asthénique

                           Frisson

                           Douleur diffuse marquées

                           Courbatures Lombaires

                           Cathare Rhino oculaire

                           Douleur pharyngo-Laryngée : Enrouement de la voie

 

 

IV-           EVOLUTION

 

L’évolution se fait spontanément vers la guérison en 3 à 5 j la toux et l’asthénie rester longtemps

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V-              LES COMPLICATIONS

 

 

Insuffisance respiratoire et cardiaque et se manifeste par une surinfection bronchique

 

 

VI-           TRAITEMENT

 

-          Grippe simple : repos et les boissons chaudes, les antipyrétiques

-          Grippe compliquée : les antibiotiques

-          Grippe maligne : Réanimation en milieu hospitalier

 

 

VII-       PROPHYLAXIE

 

La vaccination

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LES OREILLONS

 

 

I-                  DEFINITION

 

C’est une maladie très contagieuse conférant une immunité solide

 

II-              EPIDEMIOLOGIE

 

-          L’agent causal : paramyxovirus le virus ourlien

-          Le réservoir de germe est l’homme

-          La transmission est aérienne

-          Sous forme endémique atteignant les enfants et les adolescents

 

III-           LA CLINIQUE

 

-          L’incubation 18 à 21 j

-          Parotidite

-          Syndrome infectieux

-          Otalgie 24 à 48 h

-          La tuméfaction parotidienne unilatérale, se bilatéralise

-          Adénopathies sous angulo-maxillaire

-          Angine rouge

-          La fièvre modérée

-          Céphalées

-          Ces signes sont plus marqués chez l’adolescent et l’adulte jeune

-          Orchite : Marqué par Fièvre élevé, Frisson, douleur abdominal et se traduit par une tuméfaction Scrotale rouge

-          Pancréatite : se traduit par un syndrome abdominal douloureux vomissement

-          Localisation neurologique : Encéphalite, atteinte des nerfs crâniens (surdité ou cécité)

 

IV-           DIAGNOSTIC

 

Repose sur la mise en évidence du virus dans la salive, le LCR la sérologie nécessite deux prélèvements à 15 j d’intervalles

 

V-              TRAITEMENT

 

- Traitement curatif : * Pour la parotidite : soins de bouche, antipyrétique

                                  * Pour l’orchite : repos au lit immobilisation des bourses

                                  * Pour la pancréatite : antalgiques et traitement symptomatiques des

                                    Vomissements

- Traitement préventif : Eviction scolaire

                                      Vaccination