• Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités
  • Nos activités
    Nos activités

PLMC

 

P.L.M.C

 

 

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

 

Objectifs théoriques :

  • Citer les objectifs du PLMC
  • Identifier les signes de la MPC modérée et de la MPC grave chez les enfants
  • Enumérer les causes et les complications de la MPC
  • Citer les moyens de lutte contre la MPC
  • Décrire le rétamer des pesées des enfants normaux et des enfants malnutris dans les sections SMI
  • Repérer sur une liste pré-établie les quatre principaux indicateurs anthropométriques et normes de référence chez un enfant de moins de 5 ans

 

Objectif pratiques et de communication :  

  • Interpréter la courbe de poids des enfants pesés peau niveau des sections de SMI
  • Assurer la prise en charge des enfants malnutris dans les sections de SMI
  • Faire le dépistage des enfants malnutris
  • Etablir et mettre à jour les documents de surveillance et les rapports statistiques
  • Apprendre à la mère à préparer un régime à haute valeur énergique
  • Eduquer les mères en matière de prévention de rachitisme

 

 

Schéma du cours

 

Objectifs du PLMC ;

1/-     La MPC

2/-     Définition

3/-     Causes et facteurs favorisants

4/-     Signes cliniques

5/-     MPC modérée

6/-     MPC grave

7/-     Indicateurs anthropométriques et normes de référence

8/-     Complications

9/-     Prévention et lutte

10/-    Régime à haute valeur énergique

11/-    Rôle de l'infirmière de SMI dans la prévention du rachitisme

12/-    Surveillance de la croissance staturo-pondérale des enfants en SMI

13/-    Le digramme de maigreur

14/-    Instructions pour l'utilisation de la fiche de surveillance de la croissance CFSC

 

 

 

 

 

 

 

 

1/- Objectifs du PLMC :

1)      Suivre régulièrement le développement de la croissance pondérale des enfants de moins de deux ans en milieu urbain et rural

2)      Dépister et réhabiliter les enfants malnutris

3)      Prendre en charge les enfants de 0 à 11 ans pour la prévention systématique du rachitisme par la vitamine D

4)      Promouvoir l'allaitement maternel

5)      Promouvoir la surveillance de la croissance

 

2/- Définition de la PLMC :

C'est la malnutrition protèino-calorique ou malnutrition protèino-énergique.

Elle est caractérisée par l'association de :

  • Insuffisance énergique de la ration alimentaire
  • Et une carence en protéines

Les deux formes graves de la MPC sont :

  • Le  MARASME: du à une insuffisance énergique globale
  • Le  KWASHIORKOR : ou forme oedémateuse qui est due à une insuffisance en protidiques animales

 

3/- Causes et facteurs favorisants :

Etant donné que l'étiologie est très complexe, on s'attardera sur  les facteurs favorisants qu'ouvrent les classes comme suite :

Facteurs en  relation avec l'alimentation de l'enfant :  

  • L'absence d'allaitement maternel
  • Sevrage précoce ou brutal
  • Mauvaise conduite de l'allaitement artificielle de la diversification alimentaire et de l'alimentation pendant les maladies de l'enfant

Facteurs obstétricaux (avec la grossesse) :

  • Faible poids de naissance
  • Grossesse nombreuse et peu espacée
  • Pathologie de la femme

Infections fréquentes :

  • En particulier; diarrhée, IRA, rougeole, tuberculose…

Vaccination non faite ou incomplète

Mauvaise condition d'hygiène

Connaissance erronée en matière d'alimentation

Revenu familial faible

 

4/- MPC signes cliniques :

MARASME

KWASHIORKOR

Insuffisance globale de la ration alimentaire

Insuffisance en protéines animales

S'installe la 1ére mois de la vie

Fréquent dans les mois qui suivent le sevrage

Amaigrissement très net

Déficit pondéral variable souvent masqué par les oedémes

Fonte de masses musculaires

Lésions cutanées fréquentes

Saillie des côtes et des os

Peau sèche, craqué

Yeux enfoncés dans les orbites

Zones dépigmentée

Aspect de  petit vieux

Phlyctène dans les formes graves

Pas de lésion cutanés

Enfants craintif repliée sur lui-même sans intérêt pour ce qui l'entoure

Enfant fatigué mais qui a un regard vif

Enfant anorexique

MPC modérée :

Se présente comme suite :

  • Troubles du comportement alimentaires à type d'anorexie.
  • Troubles digestifs, diarrhée, déshydratation, vomissement
  • Signes infectieux

 

5/- Indicateurs  anthropométriques :

En plus des signes cliniques de malnutrition, nous disposons d'indicateurs qui permettent d'affiner le diagnostique des problèmes nutritionnels

1/- le poids :

L'analyse du poids par rapport à l'âge permet de classer l'insuffisance pondérale, en modérée ou en grave  selon le degré de déficit pondéral par rapport au poids moyen pour l'âge.

  • Insuffisance pondérale modérée : Le poids se situe entre 80 et 60% du poids moyen pour l'âge
  • Insuffisance pondérale grave : Le poids se situe au dessous de 60% du poids moyen pour l'âge.

2/- La taille :

La mesure de  la taille et l'analyse du rapport taille/âge permet de faire le diagnostique de retard de la croissance caractérisé par un déficit de la taille par rapport à la taile moyenne pour l'âge

3/-  Rapport poids/taille

Ce rapport est sert  à distinguer, parmi les enfants qui ont une insuffisance pondérale ceux qui présentent un amaigrissement nécessitant une prise en charge immédiate, de ceux qui présentent un retard de croissance

4/- périmètre brachial :

Cette mesure indique l'épaisseur du muscle et du tissu graisseux, il s'agit d'une mesure simple ne demandant pas de matériel sophistiqué utile dans les cas de malnutrition important avec fonte musculaires importante.

 

Valeurs moyennes  :  

 

Age

Poids

Taille

Périnien

Naissance

3Kg 500

= 50 cm

= 35 cm

5 à 6 mois

7 Kg

***

***

1 an

10 Kg

75 cm

45 cm

2 ans

12 Kg

85 cm

50 cm

4 ans

14 Kg

1 mètre

***

 

6/- Les conséquences et séquelles de la malnutrition :

 

I/- Immédiates :

Si la malnutrition est précoce et grave elle augmente le risque de la mortalité infantile ou aggravant les infections

 

II/- Lointaines :

  • Mauvaise développement somatique : La taille de l'enfant reste souvent inférieure à la normale; spécialement dans la malnutrition chronique
  • Retard du développement psychomoteur et mental, ce sont souvent des enfants qui gardent des séquelles à long terme qui peuvent expliquer certains retards scolaires

 

 

 

 

7/- La prévention de la malnutrition :  

Pour lutter contre la malnutrition, il faut lutter contre les facteurs favorisants :

  • Assurer une surveillance systématique et rythmée de la  croissance de l'enfant
  • Traiter de façons précoce toute pathologie infectieux
  • Vacciner correctement et complètement tout les enfants (avant 1 an) contre les maladies  cibles
  • Améliorer les conditions d'hygiènes et individuelle et collective
  • Promouvoir l'allaitement maternelle exclusif pendant les
  • Premier mois plus longtemps possible
  • Introduire une alimentation diversifiée à partir de mois
  • Eviter le sevrage précoce et brutal
  • Promouvoir l'espacement des naissances
  • Prendre en charge les femmes enceintes et assurer le bon suivi des grossesses à risque

 

 

8/- Régime à haute valeur énergique :  

C'est  un régime à haute énergétique il est préconisé pour réaliser entre les enfants malnutris, il a pour but d'apporter des protéines et des calories

Il se compose de : lait, huile, sucre, farine

I/-

-          1 L de lait frais ou  100 g de lait ou poudre

-          45 ml d'huile végétal crus

-          75 g de sucre

-          100 g de farine

II/- préparation

 

 

 

 

 

 

 

Quantité à donnée

Un verre à thé standard pour Kg/jour

Exp : enfant de 5 Kg = 25 K

Cette préparation doit être conserver au réfrigérateur pendant une durée maximale de 24 h, si pas de réfrigérateur préparer les quantités pour 6 ou 10 h en fractionnant les ingrédients

Grandes  indications

Ce régime est surtout indiqué pour les enfants présentant une anorexie sévère (koishiorkor), dans l'état clinique et préoccupant et chez les enfants qui ne répondent pas à la réalisation habituelle d'alimentation diversifiée et enrichie.

 

9/- Rôle d'infirmier de SMI dans la prise en charge des enfants malnutris :

La prise en charge des enfants malnutris dépend de 23 choses :

1)      Degré de malnutrition

2)      De la stratégie de couverture

I/- conduite à tenir devant un enfant à risque :  

  • Un suivi intensif de la croissance : une pesée par 15 jours durant 2 mois
  • Etablir un diagnostique avec la mère pour chercher les facteurs de risque
  • Développer des messages éducatifs au profit des mères  (en fonction des facteurs de malnutrition)
  • Durant les 2 mois de suivi, si l'état de l'enfant reste stationnaire ou s'aggrave, envoyer l'enfant en consultation médicale et commencer la réhabilitation habituelle  

 

II/- conduite à tenir devant un enfant malnutris :

A/- Stratégie :

Réhabilité :

  • Touts les enfants qui représentent clinique de MPC
  • Tous les enfants se situent dans les zones rouges de diagramme de maigreur
  • Les enfants à risque quand leur état s'aggrave ou reste stationnaire malgré le suivi de 2 mois

B/- Stratégie mobile :

Réhabilité :

  • Tous les enfants présentant des signes cliniques de MPC
  • Tous les enfants dont le rapport poids/âge se situe en dessous du chemin de la santé  (la zone vert de la courbe de croissance)
  • Tous les enfants dont le périmètre bronchial est inférieur à 13,5 cm Les enfants à risque quand leur état s'aggrave ou reste  stationnaire malgré le suivi intensif de 2 mois

 

III/- Conduite de la réhabilité nutritionnelle

Dans la réhabilité le risque alimentaire de l'enfants doit apporter suffisamment de calorie et de protéines

 

A/- La réhabilité d'un enfant avec MPC graves :

La malnutrition grave doit être traité au milieu hospitalier, si l'hôpital s'avère impossible, la réhabilitation peut être assurer peau niveau de la formation sanitaire qui reçoit l'enfant sans surveillance médicale

Les principes de base :

  • Traiter toutes pathologies associés à la malnutrition réalimenter l'enfant on utilise le régime à haute valeur énergique
  • Maintenir l'allaitement maternel si elle est adoptée
  • Bien couvrir l'enfant pour éviter les pertes d'énergie
  • Donner des repas très fréquents (tout les heurs) pour lutter contre l'hypoglycémie
  • Donner des repas de petites quantités
  • Patienter avec l'enfant si il est anorexie
  • Recouvrir à la sonde naso-gastrique si les conditions sont favorables
  • Si l'état de l'enfant s'améliore, passer à une alimentation diversifiée, (plats familiaux)  selon l'âge de l'enfant ou apportant toujours des calories et protéines

 

B/- La réhabilitation d'un enfant avec une malnutrition modéré :

Elle doit être traité en fonction de l'âge de l'enfant et selon les disponibilités alimentaires de la famille

Principes de base :

  • Traitement tout pathologie associée
  • Prescrire un régime équilibré riche en protéines et calories et en calcium
  • Donner divers repas par jour (8 repas/jour) à des quantité minime, ne pas forcé l'enfant à manger
  • Augmenter les quantités selon la reprise de l'apetit de l'enfant
  • Maintenir l'allaitement maternel si il est adopté

 

VI/- durée de la réhabilitation :

Peut varier entre 1 et 4 mois en fonction de l'état nutritionnel de l'enfant

Durant la période de réhabilitation la surveillance de l'évolution de la croissance de l'enfant (par des pesées fréquentes) du régime préconisé et de l'état de santé de l'enfant doit être intensif.

 

 

 

 

 

 

10/- Surveillance de la croissance statutaire pondérale des enfants en SMI :

Surveillance régulière de la croissance s'adresse particulièrement aux enfants de 0 à 2 ans, c'est la période privilégiée pour l'installation des troubles nutritionnels, elle correspond à une période riche en événement chez le nourrisson :sevrage, diversification alimentaire, épisodes morbides.

 

I/- survaillance de la croissance selon les stratégies

A/- stratégie fixe :

Calendrier minimum de pesé :

 

1ére année

2éme année

6 pesées

5 pesées

A la naissance

1 mois et demis (45 jours)

2 mois et demies (10 semaines)

3 mois et demies (14 semaines)

6 mois

9 mois

12 mois

15 mois

18 mois

21 mois

24 mois

 

Supports utilisés :

1/- La fiche de surveillance de la croissance (FSC) :

C'est un document de référence des SMI pour la croissance de l'enfant, il est proposé par l'OMS et l'UNICEF, il permet d'étudier le rapport poids/âge de l'enfant

Intérêts de FSC :

-          Elle donne des renseignements très important sur l'état de santé de l'enfant.

-          Permet la visualisation de la croissance de l'enfant à travers la courbe de croissance.

-          Permet de sensibiliser la mère au développement et à l'état nutritionnel de son enfant et un bon support pour conduire des activités éducatives.

 

2/- Carte de vaccination et de croissance :

C'est un document qui renseigne sur l'immunisation de l'enfant et permet la surveillance de la croissance, il est confié à la mère. Elle doit le présenter à tout contact avec l'équipe sanitaire que ce soit pour les activités curatives ou préventives.

 

B/- stratégie mobile :

Les principes généraux de la prise en charge sont les même que ceux dans la stratégie fixe, seuls les occasions de pesé différent :

-          le rythme de passage de l'enfant itinérant est variable selon les provinces ou les préfectures

-          la fréquence des points de contact et de rassemblement varie également selon les provinces.

Calendriers des pesés :

-          la 1ére année : peser l'enfant lors de la vaccination.

-          2éme année : peser à tout contact avec l'équipe sanitaire (rassemblement, itinéraire, consultation, équipe mobile)

Supports utilisés : (CVC/carnet de vaccination et de croissance)

 

L'interprétation du rapport poids/âge :

L'étude du rapport poids/âge a été établit avec des normes anthropométriques qui servent de référence internationale et quand peut utiliser dans toute les populations.

1ére situation : si le poids de l'enfant (dans le premier couloir) en haut (chemin de santé)  ou dans le chemin vert, cet enfant est considéré comme ayant un poids normal.

2éme situation : si le poids de l'enfant se situ dans le 2éme couloir, cet enfant présente un déficite pondérale de 20 à 40 %, c'est une insuffisante pondérale modéré.

 

3éme situation : si le poids de l'enfant se situ dans le 3éme couloir, il présente un déficite pondérale supérieur à 40 % ; c'est une insuffisante pondérale grave.

 

11/- Le diagramme de maigreur : (voir  polycopie) :  

 

12/- Le rôle de l'infirmier dans la prévention du rachitisme :

I/- définition :

Le rachitisme est une maladie de métabolisme phosphocalcique en rapport avec une carence en vitamine D, il atteint l'enfant au cours du 2 premiers années de la vie

 

II/- signes cliniques ;

A/- les signes généraux :  au débit de la maladie

Pâleur, irritation, insomnie, diarrhée.

B/- les signes osseux :

-          Epiphyse élargie au niveau des poignets et des chevets

-          Chapelet costal

-          Déformation des membres inférieurs (soit en ( ) ou ) ( .

-          Le craniotabès du crâne.

 

III/- Les signes associés :

-          Epitonie musculaire

-          Hypocalcémie (le risque le plus fréquent)

 

 

IV/- les complications :

1/- Lésions pulmonaires :

A type d'infection à répitition et sévère qui sont dues à l'atteinte du gris costal (cage thoracique)

 

2/- Les déformations osseuses :

Surtout au niveau du thorax du crâne, du bassin et des membres

 

3/- Les fractures :

Les métaphyses fragilisées peuvent être le siège de fracture.

 

4/- L'hypocalcémie :  

C'est le risque le plus fréquent et le dangereux à cause de la présence de tétanie qui peut entraîner la mort.

 

V/- Les besoins et les sources en vitamines D :

1/-  Besoins quotidiens :

En globale ils sont de 400 UI/jour, ces besoins augmentent en hiver , durant les périodes de croissance rapide, au cours de la convalescence, pour les prématurés et pour les sujets pigmentés.

 

2/- Les sources de vitamine D :  Il y a deux sources :

a/- Sources exogènes : vitamine D2 ; par l'alimentation, mais il reste insuffisant

b/- Sources endogènes : vitamine D3 ; c'est la photosynthèse quz se produit au niveau de la peau qui permet de transmettre les dérivés de cholestérol en vitamine D3 par intermédiaire du rayons de soleil qui attaquent les couches de la peau.

C'est deux sources ne couvrent pas le besoin de l'enfant en vitamine D, on a recourt au forme médicamenteuse; la vitamine D2 ou Stérogyl 15.

 

3/- La prophylaxie : consiste trois choses :

-          fortifier certaines alimentations diététiques par la vitamine D (huile, lait

-          prescription médicamenteuse de vitamine D individuellement à chaque enfant.

-          C'est l'administration de 600 000UI de stérogyle 15 à raison de 2 prises ; 1ére prise à la naissance et 2éme prise 6 mois plutard.

-          Les enfants dues tardivement reçoivent aussi 2 prises de stérogyle 15 avec 6 mois d'intervalle.

-          L'IEC : pour profit des mères pour ;

  • Assurer une alimentation en calcium, phosphore et en vitamine D pour les enfants (viande, œufs, foie, poisson, lait, fromage, yaourt..)
  • Exposer les enfants à la lumière directes du soleil (sans interposition de vitre ni de vêtements.
  • Développer les jeux en pleine aire

 

13/- Diagramme de maigreur :

1/- Définition :

C'est un panneau constitue d'une série de colonne verticale allant de 5 à 25 Kg le poids est augmenté de 500 g d'une colonne à l'autre.

 

14/- Instructions pour l'application du diagramme de maigreur par les enfants n'ayant pas encore acquis la station debout :

 

-          peser l'enfant et placer son poids sur la fiche de surveillance de la croissance FSC

-          mesurer sa taille (si seulement son poids ne se situe pas dans le couloir de santé)

-          repérer le rapport poids/taille sur les colonnes de chiffre correspondant

1-      repérer sur la colonne taille le chiffre correspondant à la naissance de l'enfant

2-      repérer sur la colonne poids le chiffre s'approchant plus du poids réel de l'enfant

-          le rapport poids/taille de l'enfant doit se situe obligatoirement dans l'une des 4 zones de diagramme de maigreur.